VIDEO
29/01/2014 04:26 EST | Actualisé 31/03/2014 05:12 EDT

Hockey Canada n'a aucun plan d'urgence si la LNH se retire des Jeux de Sotchi

VANCOUVER - Il n'existe aucun plan d'urgence si la Ligue nationale de hockey décidait de ne pas envoyer ses joueurs aux Jeux olympiques de Sotchi, a révélé Bob Nicholson mercredi.

Le président de Hockey Canada y est allé de cette confidence après avoir dévoilé l'identité des lauréats de l'Ordre du hockey au Canada de 2014.

Dans un courriel envoyé à l'Associated Press cette semaine, le commissaire adjoint de la LNH, Bill Daly, a fait savoir que la ligue allait réévaluer sa décision de d'envoyer ses joueurs à Sotchi «si quelque chose de significatif devait arriver» avant le 9 février, date à laquelle les joueurs doivent s'envoler en direction de la Russie.

Daly a ajouté dans le courriel qu'il ne «s'attendait pas à ce que cela devienne nécessaire».

Selon Nicholson, il n'y a encore eu aucun contact avec des hockeyeurs amateurs canadiens ou avec des Canadiens évoluant en Europe, dans l'éventualité où la LNH se retirerait de Sotchi.

La menace de terrorisme se veut préoccupante depuis que deux kamikazes ont frappé la ville de Volgograd à la fin de décembre, tuant 34 personnes. Un groupe islamiste du Daguestan — une république située à environ 500 km de Sotchi — a revendiqué l'attentat et a également menacé d'agir pendant les Jeux olympiques.

Nicholson a indiqué que son organisation se penchait sur les questions de sécurité en collaboration avec le gouvernement fédéral et le Comité olympique canadien.

«Nous avons des gens sur le terrain à Sotchi. Ils ont le sentiment que c'est très sûr en ce moment, et nous voulons nous assurer que rien ne change, a précisé Nicholson. Lorsqu'il est question des Jeux olympiques, ce n'est pas quelque chose de nouveau.»

La semaine dernière, le gardien Roberto Luongo, des Canucks de Vancouver, a déclaré qu'aucun membre de sa famille ne l'accompagnerait à Sotchi, surtout par souci de sécurité.

«Ça occupe mes pensées, je ne vous raconterai pas de mensonges, a confié Luongo. Je pense que nous sommes tous un peu inquiets.»

Nicholson a aussi mentionné que Hockey Canada s'était muni d'un plan d'action dans l'éventualité d'une attaque terroriste pendant les Jeux olympiques.

«Nous possédons un plan détaillé pour nous occuper de tous les joueurs et des membres des familles si quelque chose se produit.»

En ce qui a trait à la composition de l'équipe, Nicholson s'est dit encouragé de voir que Steven Stamkos avait recommencé à s'entraîner. L'attaquant de 23 ans a été nommé au sein de l'équipe du Canada même s'il a subi une fracture du tibia de la jambe droite en novembre.

«Nous voulons vraiment nous assurer qu'il est complètement rétabli, a déclaré Nicholson, tout en ajoutant qu'il existait une liste de cinq à huit joueurs qui pourraient être appelés en renfort dans l'éventualité de blessures.

«Les Jeux olympiques sont très importants aux yeux de Steven et sont très importants pour le Canada. Mais nous devons nous assurer que c'est la chose à faire pour Steven, à long terme.»

Nicholson n'a pas voulu dire si Stamkos devait absolument disputer un match dans la LNH avant les Jeux.

«En réalité, il y a une date limite... et ce sera 24 heures avant le premier match de la formation masculine à Sotchi», s'est-il contenté de déclarer.

Le tournoi de hockey masculin s'amorcera le 12 février, et le Canada jouera sa première rencontre le lendemain, contre la Norvège.

INOLTRE SU HUFFPOST

L'équipe de hockey canadienne des J.O de Sotchi