NOUVELLES
29/01/2014 08:13 EST | Actualisé 31/03/2014 05:12 EDT

Chute de 3% en séance à la Bourse de Tokyo , inquiète pour les pays émergents

La Bourse de Tokyo chutait de 3% jeudi en début de séance, déçue par la décision de la banque centrale américaine (Fed) de resserrer sa politique monétaire malgré les turbulences dans les pays émergents.

Après une demi-heure de cotation, l'indice Nikkei des 225 valeurs vedettes dévissait de 461,01 points (3,00%), à 14.922,90 points.

L'indice élargi Topix de tous les titres du premier tableau perdait de son côté 2,48%, lâchant 31,19 points à 1.224,99 points.

Les investisseurs regrettaient la décision de la Fed mercredi de réduire encore un peu son soutien monétaire à l'économie des Etats-Unis. La banque centrale, qui estime que la croissance de l'économie américaine s'est "accélérée", va réduire de 10 milliards de dollars ses achats d'actifs mensuels à partir de février en les portant à 65 milliards de dollars.

Cette décision pourrait exacerber les mouvements de capitaux qui déstabilisent le globe depuis le printemps dernier, particulièrement dans les pays émergents. Les investisseurs ont en effet tendance à retirer massivement leurs fonds de ces pays, où ils les avaient placés en profitant des liquidités abondantes mises sur le marché par la Fed jusque-là. Mais comme ce flot d'argent commence à se tarir, les opérateurs retirent leurs billes.

Or un retrait désordonné des fonds placés dans les pays émergents pourrait être catastrophique pour ces économies, que ce soit en Turquie, en Afrique du Sud ou en Argentine, et avoir des conséquences in fine sur les économies développées, d'où la chute du marché tokyoïte jeudi.

"Le marché est déçu que la Fed n'ait fait aucune référence aux pays émergents" dans son communiqué de politique monétaire à l'issue d'une réunion de deux jours, a expliqué à l'AFP Hirokazu Kabeya, courtier chez Daiwa Securities.

Les investisseurs "se demandent si les autorités ne sont pas un peu trop optimistes" à propos de la situation sur les marchés, a-t-il ajouté. "Même si la Fed était décidée à réduire son aide monétaire, elle aurait pu dire au moins qu'elle suivait +la situation attentivement+ ou quelque chose comme ça. Si elle l'avait fait, la situation serait très différente aujourd'hui", a conclu l'analyste.

mis-pn/glr

PLUS:hp