NOUVELLES
28/01/2014 12:54 EST | Actualisé 30/03/2014 05:12 EDT

Syrie: le médiateur de l'ONU déterminé à surmonter les blocages

Le médiateur de l'ONU pour la Syrie, Lakhdar Brahimi, a assuré mardi qu'il était déterminé à arriver à un résultat, en dépit des difficultés, dans les pourparlers entre régime syrien et opposition, saluant leur décision de continuer à négocier.

"Personne ne part en courant, ne se retire (...) Ils ont l'intention de rester" a souligné le diplomate lors d'une conférence de presse, expliquant qu'il avait personnellement décidé l'interruption de la réunion de mardi matin au siège de l'ONU à Genève.

La réunion avait été arrêtée après que la délégation gouvernementale eut appelé l'opposition à condamner une décision du Congrès américain, rapportée par certains médias, de fournir des armes à l'opposition armée, que Damas qualifie de "terroriste". L'opposition a catégoriquement refusé.

"C'est moi qui ait décidé l'interruption de la réunion, ils ne faut pas les critiquer", a affirmé M. Brahimi qui a souhaité que ce temps accordé permette aux deux délégations de mieux préparer la session de mercredi matin. "J'espère que nous aurons une meilleure session demain", a-t-il dit.

"Ce n'est pas une négociation facile, elle ne l'était pas hier, elle ne le sera pas demain", a admis le médiateur, reconnaissant "n'avoir obtenu aucune avancée, mais nous y travaillons et en ce qui me concerne c'est déjà bien".

Répondant aux questions des journalistes. M. Brahimi a indiqué ne rien savoir de plus que ce qu'il a lu dans la presse à propos de cette fourniture d'armes, soulignant qu'il ne s'agissait pas d'une déclaration du gouvernement américain.

Il a affirmé être en contact étroit avec les deux co-parrains de la conférence, les Etats Unis et la Russie et que tous "sont sérieux, ils veulent que ce processus soit un succès, il n'y a pas de doutes à cet égard".

A propos de la fourniture d'une aide alimentaire et médicale aux populations des quartiers assiégés de Homs, la 3e ville de Syrie, M. Brahimi a confirmé que "le convoi est prêt mais attend toujours l'autorisation (ndlr des autorités) de rentrer. Nous n'y avons pas renoncé".

pjt/ram/bir

PLUS:hp