NOUVELLES
28/01/2014 12:39 EST | Actualisé 30/03/2014 05:12 EDT

L'armée syrienne avance vers Alep à partir de l'aéroport (ONG)

Les troupes syriennes loyalistes progressent à la lisière sud-est d'Alep, près de l'aéroport international, provoquant la fuite de nombreux habitants qui craignent d'être victimes des combats, a affirmé mardi une ONG.

"L'armée syrienne a réalisé une avancée limitée, pour la première fois depuis un an, en s'emparant du secteur périphérique de Karm al-Qasr, au sud-est de la ville", a affirmé l'Observatoire syrien des droits de l'homme.

"Les habitants des quartiers de Mayssar, Marjé et d'Enzarrat (tenus par les rebelles, ndlr) sont en train de fuir à cause des combats, vers des quartiers contrôlés par le régime dans l'ouest de la ville", a ajouté cette organisation qui s'appuie sur un large réseau de militants et de sources médicales sur le terrain.

L'OSDH a précisé que c'était "la première fois que l'armée tentait de pénétrer dans Alep par sa périphérie", les forces gouvernementales ayant mené jusqu'alors leurs offensives depuis les quartiers qu'elles contrôlent dans la ville.

Les rebelles ont pénétré à Alep en juillet 2012 et contrôlent plus de la moitié de cette grande métropole du nord du pays.

Depuis le 15 décembre, la ville est la cible d'une vaste offensive de l'armée de l'air qui a fait des centaines de morts, dont une majorité de civils.

Al-Watan, quotidien proche du pouvoir, a également fait état de cette avancée de l'armée qui a pris le contrôle de petites localités, comme Balloura, Karm al-Qasr et Kasr al-Tarrab, et est arrivée à la lisère de Mayssar, un bastion rebelle au sud-est de la ville.

Le journal évoque un exode de la population et indique que l'armée mène l'offensive sur deux axes, à l'est à partir de l'aéroport militaire de Nayrab, proche de l'aéroport international, et au sud à partir d'un village nommé Azizé.

L'OSDH a fait état de raids aériens sur Qadi Askar et Mayssar qui ont fait au moins trois morts.

Dans la campagne au nord d'Alep, des combats ont opposé des rebelles à des membres de l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL), lié à Al-Qaïda, dans le village de Maaret al-Ratiq, selon l'OSDH.

Plusieurs coalitions de rebelles syriens, excédés par les exactions attribuées aux jihadistes de l'EIIL et par leur volonté d'hégémonie, ont retourné leurs armes début janvier contre ce groupe dans les zones contrôlées par la rébellion dans le nord de la Syrie.

Les affrontements ont fait plus de 1.400 morts, selon l'OSDH. L'EIIL a perdu de nombreux hommes dans les provinces d'Alep et d'Idleb, mais s'est renforcé dans celle de Raqa, dans l'est.

Dans la ville même de Raqa, l'EIIL a arrêté lundi un garçon de 16 ans après lui avoir reproché de ne pas prier, et lui a donné 30 coups de fouet, selon l'OSDH.

Sur un autre front, au sud de Damas, des combats entre rebelles et troupes gouvernementales ont fait 23 morts (huit rebelles et 15 soldats), toujours selon l'ONG.

Dans l'est de la province de Hama (centre), un kamikaze saoudien du Front Al-Nosra, branche officielle d'Al-Qaïda en Syrie, a fait exploser lundi soir sa voiture piégée contre un barrage de l'armée, faisant 13 morts parmi l'armée et ses supplétifs des Forces de défense nationale.

kam/ser/vl/cbo

PLUS:hp