NOUVELLES
28/01/2014 12:04 EST | Actualisé 30/03/2014 05:12 EDT

La motion du NPD pour préserver la livraison du courrier à domicile est défaite

OTTAWA - La motion du Nouveau Parti démocratique (NPD) pour éviter l'arrêt prévu de la livraison du courrier à domicile par Postes Canada a été défaite par les députés conservateurs 146-128.

Tous les députés de Stephen Harper s'y sont opposés, et tous ceux de l'opposition ont plutôt voté pour qu'elle soit adoptée, mardi, en fin de journée.

Le NPD avait décidé d'utiliser sa première journée d'opposition de la session au Parlement pour présenter sa motion qui demandait à la Chambre de déclarer que la livraison du courrier à la maison est un «service précieux» qui doit être préservé.

Postes Canada avait fait savoir à la mi-décembre que la livraison à domicile allait être éliminée graduellement d'ici cinq ans, que le prix du timbre-poste allait subir une forte hausse et que des milliers d'emplois seraient éliminés. Les citoyens devront récupérer leur courrier dans des boites postales communes.

Le NPD s'oppose aux changements — comme les autres partis d'opposition — et estime que la société d'État devrait explorer de nouvelles façons d'assurer sa rentabilité, comme la mise sur pied de services bancaires postaux.

Le gouvernement affirme pour sa part que Postes Canada est un organisme indépendant qui prend ses propres décisions d'affaires, dans un contexte où la rentabilité du service postal n'était pas au rendez-vous.

Mardi, lors du débat sur la motion, la ministre des Transports, Lisa Raitt, a fait valoir que les revenus engendrés par la croissance du service de livraison de colis ne peuvent éponger les pertes dues au déclin de l'usage de la lettre-poste.

«Les gens s'attendent à ce que nous soyons de bons intendants de leur argent», a-t-elle commenté aux Communes.

Plus tard, à la période de questions, elle a été claire dans son appui: «Postes Canada comprend qu'elle doit être auto-suffisante. Elle a cette responsabilité depuis 1981. Son plan d'action en cinq points s'attaque à cela et c'est pourquoi nous le soutenons».

Mme Raitt a aussi souligné que la société allait diminuer son nombre d'employés avec les départs à la retraite.

Et puis, les boîtes postales communes ont leurs avantages, a-t-elle expliqué: le courrier est sous clé en tout temps, il ne s'accumule pas à la vue quand les gens sont en vacances, et les citoyens peuvent aisément y récupérer leurs colis sans devoir attendre leur livraison à la maison.

Une solution qui n'est pas acceptable pour les aînés et les personnes à mobilité réduite, juge le NPD.

Le parti rejette aussi les arguments du gouvernement à l'effet que le service postal n'est pas viable financièrement.

«Postes Canada a été rentable 16 des 17 dernières années», s'est exclamé le député néo-démocrate Alexandre Boulerice lors du débat au Parlement, mardi.

«La seule année où la société a été déficitaire, c'est en 2011, l'année où elle a mis ses employés en lock-out!, a-t-il fait remarquer avec sarcasme. Ça n'aide pas pour entrer des revenus.»

Même avant le vote, le chef du NPD, qui pressentait son échec puisque les conservateurs sont majoritaires au Parlement, promettait que le dossier ne serait pas mis sur une tablette.

Ce sera plutôt un enjeu pour les électeurs, a martelé Thomas Mulcair, en prévision du prochain scrutin de 2015.

Le Parti libéral veut aussi que d'autres solutions soient explorées pour sauver le service postal à domicile car la solution actuelle «démontre un manque de respect total pour la réalité canadienne», a déploré le chef Justin Trudeau.

Son parti veut aussi s'assurer que les chiffres à la base des projections de rentabilité de Postes Canada sont exacts et pour ce faire, il a utilisé divers moyens, a indiqué le député libéral David McGuinty.

Il a non seulement posé des questions formelles au gouvernement à ce sujet par un processus parlementaire, mais aussi formulé des demandes d'accès à l'information en plus de demander au directeur parlementaire du budget d'entamer une étude approfondie sur ces chiffres.

«Je ne peux pas me fier sur les chiffres», a expliqué M. McGuinty.

Les coupes dans les services sont par ailleurs inacceptables, a de son côté dénoncé le député bloquiste André Bellavance, selon qui «il y a un ras-le-bol de la population».

Rappelant les propos de le veille du ministre Denis Lebel, qui demandait aux gens de réfléchir à la dernière fois où ils avaient mis une lettre à la poste, M. Bellavance a ironisé que c'est pourtant le moyen que le ministre utilise pour envoyer ses nombreuses cartes de Noël. «Et il en envoie un maudit paquet», a-t-il lancé.

PLUS:pc