NOUVELLES
28/01/2014 02:41 EST | Actualisé 30/03/2014 05:12 EDT

La Fed se réunit pour discuter de son aide à l'économie américaine

Le Comité de politique monétaire de la Banque centrale des Etats-Unis (Fed) a entamé mardi une réunion de deux jours à Washington, à l'issue de laquelle il pourrait poursuivre la lente réduction de ses injections de liquidités.

"Le Comité monétaire (FOMC) a commencé sa réunion à 14H00 (19H00 GMT) comme prévu", a indiqué mardi un porte-parole de l'institution monétaire.

Le FOMC devrait rendre sa décision publique dans un communiqué mercredi à 19H00 GMT.

C'est la dernière réunion présidée par Ben Bernanke, 60 ans, qui est à la tête de la banque centrale depuis huit ans. Il passe les rênes vendredi soir à Janet Yellen, qui deviendra la première femme à diriger la Fed. Néanmoins aucune conférence de presse n'est prévue pour cette réunion ordinaire du FOMC.

Les analystes s'attendent à ce que la Fed continue de réduire de 10 milliards de dollars, à 65 milliards, ses achats mensuels d'actifs destinés à soutenir la reprise et peser ainsi sur les taux d'intérêt. Les taux directeurs quant à eux doivent rester proches de zéro.

Lors de sa précédente réunion le 18 décembre, le FOMC avait signalé dans son communiqué que "si les informations lui parvenant confirmaient ses prévisions d'amélioration du marché du travail et de retour de l'inflation vers son objectif de long terme, le Comité réduirait vraisemblablement le rythme de ses achats d'actifs par étapes mesurées au cours des prochaines réunions".

Les créations d'emploi ont déçu en décembre, à 74.000 seulement, mais ce mauvais chiffre est selon les analystes dû pour bonne part aux conditions hivernales exceptionnelles. En outre, il n'a pas empêché le taux de chômage de glisser de 0,3 point à 6,7%, au plus bas depuis 2008.

Le programme d'achats d'actifs, commencé il y a 16 mois pour maintenir des taux bas, favoriser l'investissement et l'emploi alors que déjà les taux directeurs sont quasi nuls depuis fin 2008, a fait gonfler le bilan de la Réserve fédérale à plus de 4.000 milliards de dollars.

La majorité des analystes estiment que les perturbations sur les marchés émergents --où les devises turques et argentines notamment subissent de sévères corrections--, ne devraient pas faire dévier la Fed de son intention de retourner progressivement à des outils de politique monétaire plus normaux, en réduisant ses achats de bons du Trésor et de titres hypothécaires.

"C'est aux banques centrales de ces pays de répondre, pas à la Fed", résumait Paul Ashworth, pour Capital Economics.

La Banque centrale indienne a d'ailleurs relevé mardi son taux directeur d'un quart de point pour lutter contre l'inflation.

vmt/sl/rap

PLUS:hp