NOUVELLES
28/01/2014 05:00 EST | Actualisé 29/03/2014 05:12 EDT

Des délégués syndicaux au gouvernement fédéral craignent de prendre la parole

À Ottawa, des délégués syndicaux au sein de la fonction publique fédérale se disent victimes d'intimidation. Certains n'osent plus prendre la parole publiquement. D'autres se cachent pour rencontrer leurs membres. Ils accusent le gouvernement conservateur de mener une campagne antisyndicale sans précédent.

Les mises à pied massives avaient déjà envenimé les relations entre le gouvernement Harper et les syndicats des fonctionnaires. Mais ces derniers mois, c'est pire que jamais, nous dit-on.

Trois délégués syndicaux, dans trois ministères différents, ont accepté de nous parler à la condition que ce soit sous l'anonymat complet.

« Je perdrais probablement mon travail si on apprenait qui je suis », avance un délégué syndical. Il rapporte avoir subi des mesures disciplinaires après avoir commenté publiquement les répercussions des compressions budgétaires.

« Avant, on pouvait parler des enjeux qui touchent le milieu de travail, comment les travailleurs réagissent aux mises à pied, par exemple. Ce n'est plus le cas », soutient-il.

Cette déléguée syndicale soutient quant à elle que ses allées et venues sont surveillées.

« Les gestionnaires sont plus portés à nous demander : "Bon, est-ce que tu t'en vas dîner ou est-ce que tu t'en vas rencontrer un membre?" » rapporte-t-elle.

Une autre déléguée soutient que lorsqu'elle a commencé son mandat, il n'y avait pas de bâillon.

« Maintenant, c'est plus difficile de travailler pour nos membres. On se sent surveillés. Nos courriels sont surveillés. On m'a même laissé entendre que mon emploi était menacé », note-t-elle.

Réactions d'un expert et du ministre

De tels témoignages n'étonnent pas le professeur de gestion et de droit à l'Université d'Ottawa, Gilles Levasseur.

« On sent qu'il y a un effritement des droits des travailleurs dans ce qui était habituellement accepté, comme le droit de grève, le droit d'avoir une voix, la capacité d'expression », souligne-t-il.

Par exemple, le gouvernement Harper va désormais décider seul quels employés fédéraux sont jugés essentiels et donc privés du droit de grève. La loi omnibus de mise en œuvre du budget fédéral (projet de loi C-4) a reçu la sanction royale le 12 décembre dernier.

Elle touche tous les employés de la fonction publique et quiconque est concerné par le Code canadien du travail, notamment dans le domaine de l'aviation, du chemin de fer et des télécommunications.

Également, le projet de loi privé conservateur C-377 veut obliger les syndicats à divulguer le détail de leurs finances. Le texte est passé en première lecture au Sénat le 27 octobre dernier et rediscuté le 26 novembre à la Chambre haute,

De son côté, le professeur Levasseur s'inquiète du climat de peur qui semble s'instaurer.

Le ministre responsable de la Fonction publique, Tony Clement, nie quant à lui l'existence d'une quelconque directive pour faire taire les délégués syndicaux. Il les accuse, à son tour, de mener une campagne de peur. Chose certaine, les négociations collectives qui s'amorcent au fédéral s'annoncent ardues.

D'après le reportage de Brigitte Bureau.

PLUS:rc