NOUVELLES
28/01/2014 09:12 EST | Actualisé 30/03/2014 05:12 EDT

Azarov, un fidèle du président ukrainien, bureaucrate au verbe cru

Mykola Azarov, qui a démissionné mardi de son poste de Premier ministre ukrainien, est un proche de longue date du président, réputé pour son style de gestion rigide mais aussi pour son langage parfois très cru.

"Allez vous faire f..." avait-il lancé en 2006, alors ministre des Finances, face à des députés qui critiquaient son projet de budget, une phrase qui est restée comme un symbole de son caractère colérique.

Cet ancien chef du fisc de 66 ans avait succédé au poste de Premier ministre en 2010 à Ioulia Timochenko après l'élection à la présidence de Viktor Ianoukovitch.

Entre le loyal bureaucrate à l'air sévère et celle qui l'avait précédé à ce poste, Ioulia Timochenko, passée ensuite dans l'opposition puis emprisonnée, le contraste est saisissant.

Depuis le début de la contestation, il n'a cessé de tancer au nom de la stabilité les manifestants, qui avaient bloqué en décembre l'imposant siège du gouvernement dans le centre de Kiev.

Après leur dispersion, il avait affirmé que cette action avait entraîné un retard du versement des prestations sociales, un sujet très sensible en Ukraine où les fonctionnaires et retraités ont passé parfois des mois sans rien recevoir dans les pires années de l'ère post-soviétique.

L'aggravation de la crise politique "menace le développement économique et social de l'Ukraine et menace toute la société", a-t-il expliqué dans le communiqué annonçant sa démission.

A la tête du gouvernement, c'est pourtant lui qui avait orchestré la préparation du rapprochement économique avec l'Union européenne.

Mais le 21 novembre, c'est aussi lui qui a annoncé la volte-face de Kiev, plaidant que les difficultés économiques du pays, en récession et au bord de la faillite, imposaient de privilégier les relations avec la Russie.

"Toutes ces années difficiles, j'ai fait tout ce qui était en mon pouvoir pour que l'Ukraine puisse se développer comme un Etat démocratique européen. J'ai pris des décisions et mes responsabilités dans les intérêts de l'Ukraine", a-t-il plaidé mardi.

Docteur en sciences géologiques, cet homme aux cheveux gris né à Kalouga (Russie européenne) est diplômé de la prestigieuse université Lomonossov de Moscou (MGU).

Arrivé en 1984 en Ukraine --alors république soviétique--, il y a d'abord dirigé un institut de recherches géologiques. Elu député dix ans plus tard, il est devenu chef de la commission parlementaire pour le budget.

Il parle surtout le russe

Même après 30 ans dans le pays, il s'exprime surtout en russe, même si son ukrainien, seule langue officielle du pays, s'est amélioré au fil de ses années au pouvoir. C'est en russe qu'il répond aux critiques ou à ses partisans sur sa page Facebook.

"On parle d'un homme qui ne connaît même pas la langue du pays. Comment peut-il diriger le gouvernement? Est-ce qu'en France, un Premier ministre pourrait parler en anglais?", a tempêté mardi Valéri, manifestant à Kiev.

Son travail à la tête du fisc (1996-2002) lui a valu la réputation d'un gestionnaire rigide et dur. Allié de longue date de M. Ianoukovitch, il a été vice-Premier ministre lors des deux passages du président actuel à la tête du gouvernement, de 2002 à début 2005, puis de 2006 à 2007. Lors de son deuxième passage au gouvernement, M. Azarov remplissait également les fonctions de ministre des Finances.

En tant que fonctionnaire, il a été souvent critiqué pour son intervention jugée exagérée dans l'économie et les pressions exercées sur les entrepreneurs.

Il y a une semaine, il avait menacé de recourir à la force contre les manifestants si les "provocateurs" ne cessaient pas leurs actions.

En décembre, il avait en outre affirmé que l'UE exigeait en contre-partie d'un rapprochement économique la légalisation du mariage entre homosexuels.

bur-gmo/lpt/abk

PLUS:hp