NOUVELLES
28/01/2014 11:12 EST | Actualisé 30/03/2014 05:12 EDT

Accord sur le lycée franco-qatari de Doha

La France a signé mardi un accord de partenariat avec le Lycée Voltaire de Doha, un établissement privé où la langue arabe et la religion musulmane sont enseignés aux enfants qatariotes conformément à la législation locale.

L'accord qui porte sur l'accompagnement pédagogique dans le cadre des critères de l'homologation par le ministère français de l'Education nationale et prévoit notamment un programme de formation continue du personnel a été signé en présence de la ministre déléguée aux Français de l'étranger, Hélène Conway-Mouret.

La partie qatariote avait souhaité dès l'ouverture de cet établissement en 2007 instituer l'enseignement de la religion musulmane aux élèves musulmans conformément à la loi du Qatar dans cette école, ainsi que l'enseignement de l'arabe.

"Il y a trois questions qui sont importantes pour les Qataris et les Arabes, et ce sont l'enseignement de la charia islamique, de la langue arabe et de la séparation entre garçons et filles à partir d'un certain âge", a déclaré le procureur général du Qatar et président du conseil d'administration de l'école, Ali ben Fetis Al-Marri, dans un discours.

"A chaque fois que nous avons rencontré des problèmes, nos amis français se sont montrés compréhensifs, car l'essentiel pour nous est d'avoir des Qataris francophones attachés à leur langue et leur religion", a-t-il ajouté.

L'établissement qui accueille un millier d'élèves de la maternelle à la troisième est mixte pour le moment.

Fin 2012, le proviseur de cet établissement privé ouvert en 2007, Franck Choinard, avait dû partir précipitamment en raison d'un conflit.

Auparavant, la mission laïque française qui gérait le Lycée Voltaire avait été accusée de détournement de fonds. Une plainte déposée en ce sens en France a été classée sans suite par le parquet de Nanterre, selon Yves Aubin de la Messuzière, président de la mission laïque.

Plusieurs médias français avaient alors rapporté qu'à l'origine de ces péripéties se trouvait un conflit sur les programmes, les dirigeants qataris contestant le contenu de certains livres d'histoire et de sciences naturelles.

La gestion du Lycée Voltaire qui accueille un millier d'élèves est maintenant assurée par le Qatar.

fb/at/cco/sw

PLUS:hp