DIVERTISSEMENT
28/01/2014 08:55 EST | Actualisé 21/03/2014 06:29 EDT

16e Soirée des Jutra : les réactions des finalistes (VIDÉO)

Avec ses 11 mentions, le film Louis Cyr : l’homme le plus fort du monde mène la course aux nominations de la 16e Soirée des Jutra. Juste derrière se bousculent Gabrielle et Le démantèlement, cités respectivement 9 et 6 fois. Catimini, Chasse au Godard d’Abbittibbi et Diego Star complètent le tableau des œuvres dominantes, avec 5 coups de chapeau.

On a dévoilé les finalistes de la grande fête du cinéma québécois lundi matin, au Monument-National. C’est dans cette même salle qu’aura lieu le gala animé par Laurent Paquin et Pénélope McQuade, le 23 mars prochain. En entrevue au Huffington Post Québec en novembre dernier, Laurent Paquin avait déclaré vouloir offrir un événement lustré, prestigieux, avec un petit côté mordant. Chose certaine, les visages qui se tiendront devant sa complice et lui seront probablement très souriants, comme ils l’étaient à la conférence de presse du début de la semaine.

Gilles Renaud semblait particulièrement heureux de toutes les nominations du Démantèlement. Lui-même nommé comme Meilleur acteur de soutien, l’homme voit ses collègues Gabriel Arcand (Meilleur acteur), Sophie Desmarais (Meilleure actrice de soutien) et Michel La Veaux (Meilleure direction de la photographie) l’être aussi. Le réalisateur Sébastien Pilote pourrait repartir avec la statuette de la Meilleure réalisation, et Le démantèlement, être sacré Meilleur film.

«Je crois beaucoup en ce film-là, a expliqué le comédien. Dans une carrière, on fait de grands films, des bons films et des navets. Et on fait beaucoup plus souvent des bons films et des navets que des grands films. Or, je considère que Le démantèlement est un grand film. Donc, qu’il soit reconnu avec six nominations, ça me fait très plaisir.»

Et quels sont les autres «grands films» qui figurent sur son curriculum vitae?

Gaz Bar Blues, a répondu Gilles Renaud, sans aucune trace d’hésitation.

Succès critique et populaire

On a épuisé tous les jeux de mots reliant la force du personnage de Louis Cyr et sa capacité à redresser la situation difficile du box-office québécois en 2013. N’empêche, il est vrai que le film de Daniel Roby s’en tire plutôt dignement, alors que plusieurs de ses artisans voient leur travail salué, comme Antoine Bertrand (Meilleur acteur), Guillaume Cyr (Meilleur acteur de soutien) et Rose-Maïté Erkoreka (Meilleure actrice de soutien). La production sortie en juillet dernier pourrait être récompensée pour sa direction artistique, sa direction de la photographie, ses costumes, ses coiffures, son maquillage et sa qualité sonore. Daniel Roby lui-même fait concurrence à Louise Archambault (Gabrielle), Denis Côté (Vic + Flo ont vu un ours), Robert Lepage et Pedro Pires (Triptyque) et Sébastien Pilote pour la Meilleure réalisation. En plus du Démantèlement, Louis Cyr affronte Catimini, Diego Star et Gabrielle sous la bannière du Meilleur film, et recevra de surcroît le Jutra Billet d’or Cineplex, décerné au film ayant obtenu les meilleures recettes au guichet.

«Je suis sur un nuage, a lancé Guillaume Cyr. C’est ma toute première nomination, et je suis dans la même catégorie que des acteurs comme Gilles Renaud, Benoît Gouin, Vincent-Guillaume Otis… Un trophée serait une belle cerise sur le sundae, mais mon vrai cadeau, je l’ai aujourd’hui!»

«Dans mon cas, c’est inespéré, a renchéri Rose-Maïté Erkoreka. Je croyais peut-être être nommée comme Actrice de soutien, mais j’ai passé la rampe de la Meilleure actrice. Je suis très contente!»

Guillaume Cyr était également honoré de constater que les membres de l’industrie ont su reconnaître les mérites de Louis Cyr : l’homme le plus fort du monde sur les plans artistique et esthétique.

«On associe souvent les blockbusters à des films de moins bonne qualité, a-t-il fait valoir. En tournant Louis Cyr, on savait que ça s’adressait à la masse, que l’équipe de marketing pousserait pour qu’il soit très populaire, mais on savait aussi que c’était une œuvre de qualité, et on en a la preuve aujourd’hui.»

Gabrielle oubliée

La très belle histoire d’amour de Gabrielle n’a pas laissé les décideurs des Jutra indifférents. Avec des clins d’œil dans les sections achalandées Meilleur film, Meilleure réalisation, Meilleur scénario, Meilleur acteur (Alexandre Landry), Meilleure actrice de soutien (Mélissa Désormeaux-Poulin) et Meilleur acteur de soutien (Benoît Gouin et Vincent-Guillaume Otis), en plus du Meilleur son et du Meilleur montage, le deuxième long-métrage de Louise Archambault n’est pas passé inaperçu. Seule ombre au tableau, Gabrielle Marion-Rivard, interprète du rôle-titre, n’a pas été retenue dans la catégorie de la Meilleure actrice, ce qui en a étonné plusieurs.

«On aurait aimé que Gabrielle soit en nomination, a admis Kim McCraw, productrice de Gabrielle. C’aurait été exceptionnel et elle aurait été vraiment heureuse. Ceci dit, il y a tellement de bonnes comédiennes qui sont là! On a aussi une petite déception pour notre musique, qui était très belle.»

Le jeune Alexandre Landry, lui, a dit ne pas s’en faire pour sa partenaire de jeu.

«Qu’elle reçoive un prix ou pas ne change rien au travail qu’elle a fait, a-t-il argué. C’est une personne très humaine, très pétillante; ça n’enlève rien à tout le temps qu’elle a investi là-dedans. C’a été une expérience forte, une belle rencontre.»

Pour sa part, le garçon a affirmé être très heureux de cette distinction, mais a aussi avoué ne pas accorder une importance démesurée à ce type de reconnaissance.

«Si ma grand-mère me dit bravo, ça me fait la même sensation, a-t-il illustré. Simplement qu’on me dise que j’ai fait du bon travail, ça me comble!»

Queue de comète

En ce qui a trait aux absences relevées dans la liste des finalistes – plusieurs ont déploré le fait que Le météore, de François Delisle, Une jeune fille, de Catherine Martin et Sarah préfère la course, de Chloé Robichaud, ne s’y trouvent nulle part -, Ségolène Roederer, directrice de Québec Cinéma, qui chapeaute l’organisation des Jutra, a justifié que tout était mis en œuvre, à chaque année, pour rendre le processus de sélection encore plus efficace et transparent. Le jury est formé par des gens du milieu du septième art qui ont vu tous les films sortis dans l’année précédente. En même temps, elle espère qu’en parlant de ces grands oubliés, les médias inciteront le public à s’intéresser à ces titres.

«Ça reste une queue de comète pour faire la promotion du cinéma québécois, a-t-elle précisé. Il faut que tous les outils se déploient pour permettre aux films d’être vus.»

La 16e Soirée des Jutra sera retransmise en direct sur les ondes d’ICI Radio-Canada Télé, et sur le Web, à partir du Monument-National, le dimanche 23 mars, dès 19h30.

Gala des Jutra 2014: Les nommés sont...

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.



Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?