NOUVELLES
27/01/2014 08:31 EST | Actualisé 29/03/2014 05:12 EDT

Ukraine : l'opposition se dit prête à poursuivre les négociations avec le pouvoir

L'opposition ukrainienne a annoncé lundi qu'elle était prête à "poursuivre les négociations" avec le président Viktor Ianoukovitch, tout en avertissant que la "patience" des contestataires avait des limites.

Dans le même temps, les contestataires ont évacué le ministère de la Justice, situé en plein centre de Kiev et qu'ils occupaient depuis dimanche soir, tout en continuant d'en bloquer l'accès, a constaté l'AFP.

Les autorités avaient menacé de décréter l'état d'urgence et de mettre fin aux pourparlers avec l'opposition si cette occupation perdurait, tandis que Vitali Klitschko, un des leaders du mouvement de protestation, qui prend part aux discussions avec M. Ianoukovitch, avait appelé les manifestants à quitter les lieux.

"Malgré la tentative des autorités d'interrompre les négociations et de décréter l'état d'urgence, l'opposition est prête à poursuivre les négociations", ont par ailleurs fait savoir, dans un communiqué commun, les principaux partis de l'opposition.

Soulignant que ces derniers jours, la situation était revenue au calme sur la place de l'Indépendance à Kiev, haut lieu du mouvement de contestation qui a commencé il y a plus de deux mois, ils avertissent toutefois que "la patience des gens mis en colère par la surdité du pouvoir peut atteindre ses limites à tout moment".

Ces gestes d'apaisement sont intervenus à la veille de l'ouverture d'une session extraordinaire du Parlement ukrainien consacrée à la situation politique, et d'un sommet qui s'annonce difficile entre l'Union européenne et la Russie, dont les relations sont tendues par cette crise et des accusations mutuelles d'ingérence.

Après avoir délogé dans la nuit de samedi à dimanche des centaines de membres des forces de l'ordre déployés dans un musée situé non loin de là, des dizaines d'opposants radicaux avaient envahi dimanche soir le ministère de la Justice, sans rencontrer de résistance.

Le mouvement de protestation s'est brusquement radicalisé la semaine dernière, donnant lieu à des scènes de guérilla urbaine qui ont fait au moins trois morts à Kiev.

La situation s'est en outre envenimée dans les régions, où les contestataires ont multiplié les actions contre des bâtiments publics.

M. Ianoukovitch a fait samedi une série de concessions, proposant notamment les postes les plus élevés du gouvernement à l'opposition, mais les chefs de cette dernière avaient aussitôt après affiché leur détermination à poursuivre la "lutte" afin, entre autres, d'obtenir une élection présidentielle anticipée.

bds/sym

PLUS:hp