NOUVELLES
27/01/2014 12:01 EST | Actualisé 29/03/2014 05:12 EDT

Rabat et Alger s'accusent mutuellement de refouler des réfugiés syriens

Les autorités algériennes ont refoulé vers le Maroc plusieurs dizaines de réfugiés syriens au cours des derniers jours, ont assuré lundi l'agence marocaine MAP ainsi que des ONG locales, une affirmation vigoureusement réfutée par Alger, qui a accusé à son tour Rabat.

D'après l'agence MAP, qui cite un de ses journalistes "sur place", "quarante réfugiés syriens sont arrivés dimanche à Ahl Angad, dans la région d'Oujda (nord-est), après avoir été "refoulés par les autorités algériennes".

"Ce groupe de réfugiés, qui se trouvent dans une situation dramatique, est composé d'un nourrisson, 22 enfants, neuf femmes et huit hommes", poursuit-elle.

Interrogée par l'AFP, la présidente de l'association Al Wafae pour le développement social, Nassiha Bassraoui, a déclaré avoir recueilli dans la journée de dimanche "48 Syriens refoulés de l'Algérie vers" le Maroc.

"Vingt-sept autres Syriens dont 12 enfants, refoulés mardi dernier, se trouvaient déjà dans nos locaux", a-t-elle ajouté.

Un responsable local de l'Association marocaine des droits humains (AMDH, indépendant), Hassan Ammari, a lui aussi fait état du refoulement de Syriens de l'Algérie vers le Maroc au cours des derniers jours. Il n'a en revanche fourni aucun chiffre, indiquant être toujours en train de collecter les données.

Ces accusations ont été vigoureusement démenties en Algérie. Cité par l'agence APS, le colonel Boualleg Mohamed, chef de groupement de la Gendarmerie nationale de la wilaya (préfecture) de Tlemcen (ouest), a affirmé que les gardes frontières n'avaient fait que "refuser l'accès sur le territoire national" à des "ressortissants syriens refoulés par les autorités marocaines".

Suite à ce refus, ces dernières "ont fait appel à leurs médias pour accuser à tort" Alger, a-t-il plaidé.

Dès jeudi dernier, le ministère algérien des Affaires étrangères avait réfuté "catégoriquement" les informations de presse parues au Maroc, évoquant des "allégations malveillantes".

La frontière entre l'Algérie et le Maroc, longue de plus d'un millier de kilomètres, est officiellement fermée depuis 1994 et toutes les tentatives de réouverture ont jusque-là échoué du fait des nombreux désaccords politiques.

Les ONG évoquent régulièrement le refoulement de clandestins, la plupart d'origine subsaharienne, des deux côtés de cette frontière, faute de coopération bilatérale.

Environ un millier de réfugiés syriens se trouvent actuellement sur le sol marocain, d'après le Haut commissariat aux réfugiés (HCR) à Rabat.

Ils sont dans l'attente d'un statut de "protection temporaire" qui leur permettrait, selon le HCR, de demeurer légalement sur place voire de bénéficier d'un "programme d'assistance".

jm-bur-gk/cco

PLUS:hp