NOUVELLES
27/01/2014 01:11 EST | Actualisé 29/03/2014 05:12 EDT

L'ONU trace une nouvelle frontière maritime entre le Pérou et le Chili

LA HAYE, Pays-Bas - Le plus haut tribunal des Nations unies a tracé lundi une nouvelle frontière maritime entre le Pérou et le Chili, octroyant au Pérou des secteurs de l'océan Pacifique mais laissant entre les mains chiliennes de riches zones de pêche le long des côtes.

La ligne dessinée par la Cour internationale de Justice met fin à des décennies de discussions concernant le partage de quelque 38 000 kilomètres carrés au large des côtes des deux voisins. Ces eaux sont riches en poisson et l'industrie péruvienne de la pêche estime que les prises annuelles dans la région valent environ 200 millions $ US.

Le Pérou souhaitait une frontière maritime en direction du sud-ouest, perpendiculairement au point où la frontière terrestre des deux pays rencontre l'océan. Le Chili affirmait plutôt que la frontière devait s'étirer de la côte, parallèlement avec l'équateur.

Le tribunal en est venu à un compromis en estimant qu'une frontière existait déjà en parallèle avec l'équateur sur une distance d'environ 130 kilomètres; la nouvelle frontière bifurque ensuite vers le sud-ouest, jusqu'au point où les 370 kilomètres d'eaux territoriales des deux pays se terminent.

À Lima, le président péruvien Ollanta Humala n'a pas immédiatement réagi à cette décision. Mais des centaines de personnes rassemblées devant le palais présidentiel ont lancé des cris de «Longue vie au Pérou!», même si on ne semblait pas comprendre si la décision représente une victoire ou une défaite pour le pays.

Le politologue Farid Kahhat, de l'Université catholique de Lima, a expliqué que le Pérou a remporté un peu plus de la moitié du territoire qu'il convoitait. Le leader des pêcheurs péruviens dans la région, David Patino, a toutefois déclaré à l'Associated Press que cette décision est une défaite pour le pays.

«Nous n'avons rien gagné. Nous nous retrouvons dans la même situation que dans le passé», a-t-il dit. Après le Pérou, le Chili est le deuxième exportateur mondial de farine de poisson.

L'historien et journaliste péruvien Nelson Manrique estime que la décision constitute un «verdict intelligent (qui) ne plaira à personne mais qui ne choquera pas non plus qui que ce soit».

La décision du tribunal est finale et contraignante. Les présidents des deux pays avaient déjà promis de s'y conformer.

PLUS:pc