NOUVELLES
27/01/2014 05:17 EST | Actualisé 29/03/2014 05:12 EDT

Le projet de parc technologique ne verra pas le jour dans le Pontiac

La région du Pontiac peut dire adieu à l'ambitieux projet de 5 milliards de dollars, annoncé à l'automne 2011, qui devait transformer l'économie de la région. Le promoteur américain derrière cette idée est incapable d'obtenir le financement recherché.

L'homme d'affaires Michael Bartlett devait transformer des terrains à l'ouest de Mansfield-et-Pontefract en parc technologique, en investissant d'importantes sommes pour construire des laboratoires de recherche, des logements et un aéroport.

L'Américain, qui avait fondé le parc thématique Canada's Wonderland, au nord de Toronto, et présidé Expo 86 à Vancouver, avait même rencontré au printemps 2012 le ministre responsable de l'Outaouais à l'époque, Norman MacMillan, et le directeur général de la MRC de Pontiac, Rémi Bertrand.

Michael Bartlett abandonne cependant le projet, puisque les investisseurs trouvaient le Pontiac trop éloigné.

Le promoteur américain n'a toutefois pas encore prévenu les gens du Pontiac de sa décision. Les élus de leur côté continuent de garder espoir.

« On est prêts à l'accueillir, on est prêts à faire les modifications nécessaires, on est prêts en ton nom avec le gouvernement du Québec parce qu'on y croit au projet. Maintenant, c'est à lui. Tant qu'on n'aura pas une réponse de M. Bartlett, on ne sait pas », avance le préfet de la MRC Pontiac, Raymond Durocher.

Le Pontiac doit se réorienter

Le projet devait créer 7000 emplois. Pour relancer son économie fragilisée, le Pontiac mise désormais sur les PME , par exemple une fromagerie, des produits de beauté et la culture du houblon.

La directrice CLD du Pontiac, Isabelle Girard, rapporte qu'elle supervise une trentaine de projets et son collègue, une vingtaine. « On engage un nouveau commissaire, au niveau développement entrepreneurial, pour faire le suivi et aider ces entrepreneurs-là », note-t-elle.

Le projet de parc technologique n'est pas abandonné pour autant. Il pourrait voir le jour, cette fois, plus près des grands centres urbains.

Michael Bartlett continue en effet de chercher un endroit pour bâtir son rêve technologique, peut-être à Gatineau. Il a toutefois besoin de 5 milliards de dollars de financement.

Il n'aura cependant rien à annoncer avant encore un an.

D'après le reportage de Marc Gauthier.

PLUS:rc