Le maire de Sotchi, Anatoly Pakhomov, a affirmé lundi à la BBC que les homosexuels étaient les bienvenus dans sa ville pour les jeux Olympiques (7-23 février), tant qu'ils "respectent la loi" et "n'imposent pas leurs habitudes aux autres".

"Nous étendrons notre hospitalité à tous ceux qui respectent les lois de la fédération de Russie et n'imposent pas leurs habitudes aux autres", déclare l'édile, qui appartient au parti au pouvoir Russie Unie, dans l'émission "Panorama".

Au journaliste qui lui demande si les homosexuels devraient cacher leur sexualité, le maire répond: "Non, nous disons juste +c'est vos affaires, c'est votre vie+. Mais ce n'est pas accepté ici dans le Caucase, là où nous habitons. Nous n'en avons pas (d'homosexuels, NDLR) dans notre ville".

Le maire se reprend ensuite en indiquant: "Je ne suis pas sûr, mais en tous cas je ne les connais pas".

Le journaliste de la BBC s'est quant à lui rendu dans un bar gay de Sotchi, installé de façon anonyme dans une petite allée. Un travesti, Madame Zhu-Zha, a indiqué que dans "certains endroits, les préjugés sont très forts à l'encontre des gays. Dans d'autres, c'est un peu mieux".

Une loi russe interdisant la "propagande" homosexuelle devant mineurs, passible de prison, a provoqué une vive controverse, avec des appels au boycott des JO de plusieurs personnalités internationales.

Des défenseurs des droits de l'homme reprochent aux autorités russes de vouloir stigmatiser les homosexuels à travers ce texte dont la formulation vague ouvre la porte à une très large interprétation. Ce que contestent les dirigeants russes.

Le président russe Vladimir Poutine, tout en défendant cette loi, a assuré que la Russie accueillerait aux JO de Sotchi tous les sportifs et visiteurs indépendamment de leur orientation sexuelle.

Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.


Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?
Loading Slideshow...