NOUVELLES
27/01/2014 05:00 EST | Actualisé 28/03/2014 05:12 EDT

Grève du platine en Afrique du Sud: les négociations reprennent

Les négociations pour mettre fin à la grève chez les trois principaux producteurs mondiaux de platine en Afrique du Sud ont repris lundi à Pretoria, le syndicat Amcu campant sur ses revendications salariales élevées.

"Les pourparlers continuent comme prévu, mais les travailleurs n'ont aucune envie de faire marche arrière sur leurs demandes d'être mieux payés", a indiqué à l'AFP Jeff Mphahlele, secrétaire général d'Amcu, syndicat anticapitaliste, devenu majoritaire dans les mines de platine sud-africaines en 2012.

Les pourparlers, pilotés par le gouvernement soucieux d'abréger au plus vite cette grève lourde de conséquences pour l'économie nationale, qui touche Anglo American Platinum, Impala Platinum et Lonmin, ont lieu dans un grand hôtel de la capitale. L'établissement se situe à une heure et demie de route du bassin minier où environ 80.000 mineurs font grève depuis jeudi pour réclamer un salaire de base de 12.500 rands (812 euros environ, +150% de hausse).

Légale et n'ayant occasionné aucun déploiement policier significatif, la grève a donné lieu à quelques incidents violents isolés notamment vendredi.

Lundi matin, la police provinciale n'avait relevé "aucune violence". "Les mineurs en grève sont rassemblés devant les mines comme d'habitude", a précisé à l'AFP un porte-parole, Thulani Ngubane.

Les demandes des mineurs, qui s'accompagnent d'un discours teinté de nationalisme anti-Blanc, sont jugées irréalistes par le patronat minier qui a mis sur la table 8 à 8,5% de revalorisation salariale.

A cause de la grève, Amplats estime perdre une production journalière d'environ 4.000 onces et Implats environ 2.800. Le groupe britannique Lonmin perd environ 3.100 onces.

"Le taux de présence est d'environ 10%", a précisé Johan Theron, un porte-parole d'Implats, en précisant que certains non-grévistes ayant du mal à accéder à leur lieu de travail ont été escortés.

Chez Lonmin, théâtre de la tragédie de Marikana en août 2012 quand la police avait abattu 34 mineurs en grève, la grève est encore plus suivie avec 1% de présents.

Amcu avait également appelé à la grève dans plusieurs mines d'or mais la justice, saisie par la Chambre des mines, a provisoirement bloqué le mouvement et doit rendre son jugement mercredi.

sk-clr/cpb/sd

PLUS:hp