NOUVELLES
27/01/2014 04:43 EST | Actualisé 28/03/2014 05:12 EDT

Après la Constitution, les islamistes tunisiens tablent sur des élections en octobre

Le parti islamiste tunisien table sur des élections en octobre 2014, a indiqué lundi à l'AFP un haut responsable d'Ennahda, au lendemain de l'adoption de la Constitution plus de trois ans après la révolution.

"Dans six semaines, il y aura une loi électorale. La visibilité est claire jusqu'aux élections qui auront lieu probablement en octobre 2014", a déclaré Ameur Larayedh, dans les couloirs de la Constituante.

"La Tunisie est en train de bâtir son modèle démocratique", a-t-il ajouté.

Les dates officielles des législatives et de la présidentielle doivent être fixées par l'instance électorale (ISIE) qui n'a été formée que début janvier.

Le président de l'ISIE, Chafik Sarsar a pour sa part dit à l'AFP que "les élections auront lieu avant 2015" conformément aux dispositions de la nouvelle Constitution.

Par ailleurs, un nouveau gouvernement d'indépendants doit être investi dans les jours à venir, Ennahda ayant accepté de laisser le pouvoir à un cabinet apolitique, dirigé par Mehdi Jomaâ, jusqu'aux élections.

Après plus de deux ans de travaux, ralentis par les controverses et les crises à répétition, la Constituante tunisienne a approuvé dans la nuit de dimanche à lundi la nouvelle Constitution du pays.

Elle consacre un exécutif bicéphale et accorde une place réduite à l'islam. Elle introduit aussi pour la première fois dans le monde arabe un objectif de parité homme-femme dans les assemblées élues.

Ce compromis vise à éviter une dérive autoritaire dans un pays qui a connu plus d'un demi-siècle de dictature, sous Habib Bourguiba, puis sous Zine el-Abidine Ben Ali, mais aussi à rassurer ceux qui craignaient que les islamistes n'imposent leurs positions dans un pays à forte tradition séculière.

kl-alf/hj

PLUS:hp