NOUVELLES
27/01/2014 08:47 EST | Actualisé 29/03/2014 05:12 EDT

Affaire Hollande-Gayet: Trierweiler demande de ne pas s'en faire pour elle

MUMBAI, Inde - Lors de sa première apparition publique depuis sa séparation du président François Hollande, l'ancienne première dame Valérie Trierweiler s'est hérissée lundi lorsqu'elle a été questionnée quant à son avenir, répliquant simplement, «ne vous inquiétez pas pour moi».

Mme Trierweiler se trouvait en Inde pour une visite à une organisation humanitaire.

Elle n'a pas commenté directement le scandale lors d'une conférence de presse avec le groupe Action contre la faim (ACF). Mais lorsqu'un journaliste lui a demandé comment elle entrevoit l'avenir, la femme de 48 ans a dit ne pas savoir ce que les prochaines années lui réserveront.

«Je ne sais pas, a-t-elle dit. J'ai du temps, il y a encore plusieurs années à venir. Je vais y voir peu à peu. Pour l'instant je ne prévois rien. De toute manière, ne vous inquiétez pas pour moi.»

Elle a toutefois reconnu que ses jours en tant que première dame sont terminés, tout en refusant de commenter ce qu'elle a réussi à faire pendant les 19 mois où elle a occupé ce poste.

«Je ne sais pas si c’est à moi de le faire ou à vous, a-t-elle déclaré. J'y suis restée dix-neuf mois et je crois que j'ai pu découvrir des gens que je ne connaissais pas et même une partie de moi-même que j'ignorais. Je ne sortirai pas de cette expérience de la même façon qu'avant. J'ai compris qu'en étant utile aux autres on peut être utile à soi-même.»

Mme Trierweiler avait passé la première partie de la journée de lundi en compagnie d'enfants dans un hôpital public de Mumbai.

Elle était arrivée sur place dimanche. L'ancienne compagne de François Hollande a maintenu son séjour en Inde, prévu de longue date, malgré sa récente hospitalisation d'une semaine. Selon l'Élysée, Mme Trierweiler a été traitée pour un «coup de blues» après que le magazine Closer eut dévoilé au grand jour la présumée liaison entre le président Hollande et la comédienne Julie Gayet.

M. Hollande, qui n'a jamais été marié, a annoncé la fin de sa relation avec Mme Trierweiler samedi. Ils formaient un couple depuis 2007, après que le président eut rompu avec sa compagne de plus vingt ans, la mère de ses quatre enfants et ancienne candidate à la présidentielle Ségolène Royal.

Mme Trierweiler a dit trouver très difficile de voir des enfants souffrir.

«Je ne peux pas tolérer que ces enfants aient moins de chances que les autres, a-t-elle dit. Tous devraient profiter des mêmes chances. Nous avons ici des enfants qui souffrent de malnutrition. C'est pourquoi je suis ici aujourd'hui.»

Après sa visite à l'hôpital, Mme Trierweiler a mis en ligne sur Twitter la photo d'une mère et de son enfant accompagnée du message, «Aux côtés d'@ACF_France en Inde pour lutter contre la malnutrition. Un enfant meurt de faim toutes les 30 secondes.»

Elle a aussi mis en ligne un message remerciant le personnel du palais présidentiel français pour son dévouement.

PLUS:pc