NOUVELLES
26/01/2014 10:19 EST | Actualisé 28/03/2014 05:12 EDT

Un journal soudanais suspendu après un article sur la corruption

Le quotidien soudanais Al-Jarida a été suspendu par les services de sécurité après des articles faisant état d'une pénurie de carburant et de pain, et d'allégations de corruption dans une entreprise publique, a indiqué dimanche à l'AFP son rédacteur en chef.

Idris Al-Doma a expliqué avoir été informé de cette interdiction dimanche, lors d'une rencontre avec des agents des services de renseignements et de sécurité (NISS).

Cette décision a été prise "parce que nous avons publié des articles sur la crise du carburant, du pain et de la farine", a-t-il expliqué à l'AFP, en ajoutant qu'Al-Jarida avait également fait état d'allégations de corruption dans une entreprise publique fabriquant du coton.

Mercredi et vendredi, les services de sécurité ont saisi les tirages du journal à l'imprimerie, a précisé M. Doma.

Les services de sécurité ont régulièrement recours à ce type de méthodes, de même qu'à l'interdiction de journaux sur une période plus ou moins longue.

Le journal du Parti du congrès populaire (opposition), Rai Al-Shaab, est ainsi interdit depuis deux ans.

Selon le rapport 2013 de Reporters sans frontières (RSF), le Soudan figure à la 170e place sur 179 pays, dans le classement mondial de la liberté de la presse.

La semaine passée, des stations service étaient fermées dans la capitale Khartoum, tandis que des queues se formaient devant celles ouvertes. Les habitants se plaignaient également de pénurie de pain, une denrée de base dans le pays.

Depuis deux ans, les Soudanais subissent une inflation galopante. En manque de liquidités, le gouvernement a cessé de subventionner les carburants, ce qui a fait bondir les prix de 60% et déclenché fin septembre un mouvement de contestation sans précédent depuis l'arrivée au pouvoir du président Omar el-Béchir, en 1989.

str-it/hkb/cco/cbo

PLUS:hp