NOUVELLES
26/01/2014 01:43 EST | Actualisé 28/03/2014 05:12 EDT

Le cessez-le-feu au Soudan du Sud est "très fragile" (ministre norvégien)

Le ministre norvégien des Affaires étrangères Borge Brende a jugé dimanche "très fragile" le cessez-le-feu au Soudan du Sud, censé être en vigueur depuis deux jours.

Dans un entretien à l'AFP, le ministre, en visite à Khartoum, a souligné que le "cessez-le-feu était très fragile", après que le gouvernement du Soudan du Sud et les rebelles se sont accusés mutuellement dimanche de violations de cette trêve.

"Bien sûr, je suis inquiet et je pense que cela signifie que nous devons établir les bons outils de surveillance et de vérification, afin qu'on puisse vraiment déterminer" le degré de respect de ce cessez-le-feu, a-t-il ajouté.

La Norvège était, avec les Etats-Unis et le Royaume-Uni, parrain de l'accord de paix de 2005 ayant mis fin à plus de 20 ans de guerre civile au Soudan et conduit à la partition du pays et à l'indépendance du Soudan du Sud en juillet 2011.

Depuis, la "troïka" a continué à oeuvrer pour la paix et le développement au Soudan et au Soudan du Sud, notamment en soutenant l'initiative de l'Igad --qui regroupe des pays d'Afrique de l'est-- visant à mettre fin à des semaines de conflit au Sud.

Le Soudan du Sud est ravagé depuis le 15 décembre par des combats opposant les forces loyales au président Salva Kiir à des troupes fidèles à l'ex-vice-président Riek Machar, limogé en juillet.

Le conflit a fait des milliers de morts - peut-être 10.000 selon des observateurs - et environ 700.000 déplacés dans ce pays.

Après trois semaines de laborieux pourparlers à Addis Abeba sous la médiation de l'Igad, les deux camps ont finalement signé jeudi soir un cessez-le-feu, censé être entré en vigueur vendredi à 17H30 GMT.

"Le Soudan a joué un rôle constructif à travers l'Igad", a salué M. Brende.

Si des affrontements ont été signalés, dans ce vaste pays aux régions pour la plupart inaccessibles et reculées, ils semblent être des incidents isolés plutôt que des attaques de grande envergure, et les belligérants ont réaffirmé leur volonté de respecter au mieux la cessation des hostilités.

M. Brende a estimé possible que le Soudan du Sud "revienne sur les rails", si le cessez-le-feu est respecté, si comme prévu 11 prisonniers proches de Riek Machar, arrêtés au début des combats, sont libérés et si "un robuste arrangement" est conclu, pour aboutir à un gouvernement de coalition.

"Mais je pense que nous devons être réalistes (...) nous n'en sommes pas encore là", a déclaré le ministre norvégien, après des entretiens avec son homologue soudanais Ali Ahmad Karti, le vice-président Bakri Hassan Saleh, le ministre du Pétrole Makawi Mohammed Awad, des responsables de l'ONU et des ONG.

it/cco/feb

PLUS:hp