NOUVELLES
26/01/2014 07:42 EST | Actualisé 28/03/2014 05:12 EDT

Kofi Annan en Iran pour promouvoir le dialogue avec Téhéran

L'ex secrétaire général des Nations unies, Kofi Annan, est arrivé dimanche à Téhéran pour une visite de trois jours visant à promouvoir le dialogue entre l'Iran et la communauté internationale, ont rapporté des médias.

M. Annan intervient dans le cadre des "Anciens" (The Elders), un groupe qui réunit des personnalités de différents pays oeuvrant pour le règlement des conflits dans le monde.

Il est accompagné par les anciens présidents finlandais Martti Ahtisaari et mexicain Ernesto Zedillo, ainsi que par l'archevêque sud-africain et icône de la lutte anti-apartheid Desmond Tutu, selon un communiqué du groupe.

Ils doivent s'entretenir en privé avec les dirigeants iraniens, a indiqué le service de presse des "Anciens", qui n'a pas donné de précisions sur cette visite. Seul détail évoqué par les médias iraniens, les anciens dirigeants devaient débuter leur séjour par une visite du mausolée de l'imam Khomeiny, le fondateur de la République islamique.

Le groupe voit "les récents développements comme une occasion historique et stratégique de mettre fin à des décennies d'animosité entre l'Iran et la communauté internationale," explique un communiqué publié samedi.

L'Iran et les grandes puissances ont conclu en novembre un accord historique sur le programme nucléaire controversé de Téhéran. Entré en vigueur le 20 janvier, il gèle pendant six mois certaines activités nucléaires sensibles de l'Iran en échange d'une levée partielle des sanctions occidentales. Il s'agit d'une première étape vers un accord global sur le programme nucléaire iranien, soupçonné malgré les dénégations de Téhéran de dissimuler un volet militaire.

Cependant, "la confiance se construira lentement, à travers une bonne volonté permanente et des actions réciproques", ajoutent les "Anciens".

Les discussions porteront également sur "les moyens pacifiques de résoudre les conflits et apaiser les divisions sectaires dans la région".

L'Iran à majorité chiite est le principal allié régional du régime syrien, alors que les monarchies sunnites du Golfe soutiennent la rébellion.

Le modéré Hassan Rohani, élu président en juin 2013, a lancé une politique de rapprochement avec les Occidentaux, après le double mandat de son prédécesseur Mahmoud Ahmadinejad marqué par la confrontation avec l'Ouest.

cyj/cbo

PLUS:hp