NOUVELLES
26/01/2014 05:02 EST | Actualisé 27/03/2014 05:12 EDT

Kenya/attaque du Westgate: des avertissements ont été ignorés (enquête)

Plusieurs mises en garde des forces de sécurité kényanes ont été ignorées dans les mois qui ont précédé l'attaque du centre commercial Westgate de Nairobi en septembre dernier par un commando islamiste, indique une enquête parlementaire cité dimanche par la presse locale.

"Il y avait des informations sur l'imminence d'une attaque terroriste sur tous les centres commerciaux et autres intérêts stratégiques occidentaux, particulièrement à Nairobi", lit-on dans ce rapport parlementaire, cité par le journal Sunday Nation.

Les avertissements ont été formulés en août 2013, et de nouveau juste 19 jours avant l'attaque du Westgate le 21 septembre, quand un commando armé a pris d'assaut le centre commercial, tuant 67 personnes, note le rapport.

Un autre rapport des services de sécurité, rédigé un an avant l'attaque du Westgate, mentionnait que les Shebab planifiaient une attaque contre ce complexe commercial, très fréquenté des Occidentaux et en partie propriété d'intérêts israéliens.

"Une autre réunion des services de sécurité en février 2013 mettait en garde contre de possibles attaques sur le modèle des attentats de Bombay (en Inde) fin 2008", indique le rapport cité par l'hebdomadaire, en référence à ces attentats perpétrés à l'arme automatique contre plusieurs hôtels de la mégapole indienne.

"Les mesures qui ont été mises en place pour prévenir de telles attaques ne sont pas claire", pointe le rapport parlementaire.

Les shebab avaient très vite revendiqué l'attaque du Westgate, qui a fait officiellement 67 morts et une vingtaine de disparus, expliquant agir en représailles à l'intervention militaire kényane lancée contre eux dans le sud somalien fin 2011.

L'enquête parlementaire critique également le fonctionnement des différentes forces de sécurité - police, armée et forces spéciales - pendant le siège du bâtiment, qui a duré quatre jours, relevant "le manque de coordination" des différentes forces au cours de l'opération.

Elle critique aussi "un échec général dans tout le pays" de l'administration en charge de l'immigration, avec une corruption généralisée dans la délivrance des cartes d'identité.

Cette enquête, rédigée par un Comité parlementaire conjoint de la Sécurité nationale, de la Défense et des Affaires étrangères, doit être examinée lors de la réouverture du parlement en février.

Le tribunal de Nairobi juge depuis le 15 janvier quatre hommes pour leur soutien présumé à l'attaque du Westgate.

Les assaillants sont présumés avoir tous été tués lors des affrontements avec les forces de l'ordre. Mais le fait que le bâtiment se soit partiellement effondré a rendu impossible l'identification de leurs cadavres, tout comme il a rendu difficile l'établissement d'un bilan précis.

Des sources occidentales ont ainsi estimé que le nombre total de morts pourrait être en fait de 94.

pjm/lc/aub/hba

PLUS:hp