NOUVELLES

Soudan du Sud: le gouvernement accuse les rebelles de violer le cessez-le-feu

25/01/2014 06:59 EST | Actualisé 27/03/2014 05:12 EDT

Les autorités du Soudan du Sud ont accusé samedi les rebelles d'avoir violé le cessez-le-feu, moins de 24 heures aprés son entrée en vigueur pour mettre fin au conflit dans le pays.

"Ce matin, j'ai été informé que les forces rebelles ont continué d'attaquer nos forces", a affirmé à la presse le ministre de l'Information Michael Makuei.

"Nos forces vont devoir se défendre", a souligné le ministre, réaffirmant cependant la volonté du gouvernement sud-soudanais d'essayer de respecter le cessez-le-feu.

Le cessez-le-feu, signé jeudi à Addis Abeba, était entré en vigueur vendredi à 17H30 GMT. L'ONU avait fait état de "combats sporadiques" en fin de journée vendredi.

Samedi matin, le porte-parole de l'armée gouvernementale a indiqué que la situation était calme, au lendemain de ces affrontements notamment dans l'Etat de Jonglei (est).

"Ce n'est pas vraiment surprenant, ce sont des rebelles et les rebelles sont par nature des gens indisciplinés, ils n'ont pas de forces régulières, de commandement centralisé", a estimé le ministre Makuei.

"Nous ferons de notre mieux pour s'assurer que la cessation des hostilités est correctement évaluée", a-t-il ajouté.

Aucun responsable rebelle n'était joignable samedi à la mi-journée pour commenter ces déclarations.

Le Soudan du Sud est ravagé depuis le 15 décembre par des combats opposant les forces loyales au président Salva Kiir à des troupes fidèles à l'ex-vice-président Riek Machar, limogé en juillet. Le conflit a fait des milliers de morts - peut-être 10.000 selon des observateurs -, et environ 700.000 déplacés.

Après trois semaines de laborieux pourparlers à Addis Abeba sous la médiation de l'organisation régionale Igad - qui regroupe des pays d'Afrique de l'est -, les deux camps ont finalement signé jeudi soir un cessez-le-feu qui devait entrer en vigueur sous 24 heures, soit vendredi vers 17H30 GMT.

str-pjm/hba

PLUS:hp