NOUVELLES
25/01/2014 06:59 EST | Actualisé 27/03/2014 05:12 EDT

Sotchi : les menaces d'attentats découragent des voyageurs canadiens

Richard Heathcote via Getty Images
SOCHI, RUSSIA - JANUARY 25: A view of the Bolshoy Ice Dome where the Ice Hockey will take place in the Sochi 2014 Winter Olympic Park in the Costal Cluster on January 25, 2014 in Sochi, Russia. (Photo by Richard Heathcote/Getty Images)

Les menaces d'attentats terroristes en Russie ont poussé certaines personnes à renoncer à leur voyage à Sotchi alors que les Jeux olympiques d'hiver s'amorceront dans deux semaines.

Les autorités canadiennes ont rappelé vendredi à leurs ressortissants qu'ils doivent prendre toutes les précautions nécessaires, car les mesures mises de l'avant dans les sites olympiques de Sotchi n'élimineront pas le risque d'attaques terroristes qui plane sur l'événement.

L'ancien agent du Service canadien du renseignement de sécurité, Michel Juneau-Katsuya, estime que le Canada ne prend conscience que bien trop tard des risques réels encourus par ses citoyens.

« Les autorités canadiennes tentent de se rattraper. C'est eux qui font du jogging et très rapidement à l'heure actuelle », déplore-t-il.

Devant les menaces qui planent sur Sotchi, les parents de la patineuse de vitesse longue piste Ivanie Blondin ont décidé de ne pas se rendre sur place pour encourager leur fille pendant ses premiers Jeux olympiques. Son père Robert Blondin veut éviter que la patineuse ne se ronge les sangs.

« Parce qu'on ne peut pas communiquer avec Ivanie une fois là-bas. Nous, les parents on est à part des athlètes, alors c'est tout le temps inquiétant pour Ivanie », dit-il.

Des touristes refroidis

Des responsables d'agences de voyages de Gatineau reconnaissent avoir vendu très peu de billets d'avion pour se rendre aux Jeux olympiques. Ils évoquent comme explications les coûts élevés du transport aérien et la difficulté pour obtenir un visa de touriste.

« On a fait des recherches pour eux, c'est vrai, mais on attend s'ils confirment. Effectivement, il y a le problème de visa. Il faut faire une demande au moins une trentaine de jours avant le départ », affirme Mina Oufkir, la directrice de l'agence Voyages Sara.

Malgré tout, certains refusent de renoncer à l'expérience que représentent les Jeux olympiques.

« Je vais faire confiance. [...] Pour moi, ça va être la routine habituelle, il va juste y avoir plus de fouilles aux entrées des événements », croit Éric Brisson, l'ostéopathe de l'équipe nationale de patinage de vitesse longue piste.

M. Brisson estime qu'en donnant le plus souvent possible des nouvelles à ses proches, ces derniers devraient être suffisamment rassurés de le savoir en Russie.

À LIRE AUSSI:

Appel à la prudence en vue des Jeux de Sotchi

INOLTRE SU HUFFPOST

Le J.O de Sotchi en chiffres