NOUVELLES

Raids aériens sur des banlieues de Damas et d'Alep (ONG)

25/01/2014 08:12 EST | Actualisé 27/03/2014 05:12 EDT

L'armée syrienne a mené samedi des raids aériens sur des zones rebelles dans les provinces de Damas et d'Alep, a rapporté une ONG, alors que représentants du régime et de l'opposition se sont rencontrés brièvement à Genève pour des pourparlers de paix.

Les avions du régime syrien ont tiré des roquettes sur Talfita, au nord de la capitale, et Qadam, au sud de Damas, et des hélicoptères ont lancé des barils bourrés de TNT sur la ville de Daraya (sud-ouest), a rapporté l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Les raids ont également visé les quartiers de Hanano, Qadi Askar, Salihin, et Maysar, à Alep, dans le nord du pays.

Ils interviennent au lendemain d'une attaque aux barils lancés sur les quartiers de la cité industrielle, aux abords d'Alep, et de cheikh Najjar, qui a tué 10 personnes, affirme l'ONG.

Depuis le 15 décembre, Alep est la cible d'une offensive aérienne qui a tué des centaines de personnes, en majorité des civils, selon l'OSDH.

Les groupes de droits de l'Homme ont dénoncé l'usage "indiscrimé" des barils bourrés d'explosifs.

Mohammad Wissam, un militant d'Alep joint via Internet, a affirmé à l'AFP que l'armée avait bénéficié des récents combats entre rebelles et jihadistes de l'Etat islamique en irak et au Levant (EIIL, lié à Al-Qaïda), anciens alliés qui s'affrontent violemment depuis plusieurs semaines.

"L'armée s'est déployée en masse à l'est de la ville, et les familles qui vivent dans cette zone ont commencé à fuir vers des quartiers plus sûrs, ou des villages", dans la crainte d'un assaut, a-t-il ajouté.

Par ailleurs, les combats entre rebelles et forces du régime se poursuivent dans plusieurs zones du pays, notamment à Deraa (sud) et Idleb (nord-ouest).

Des affrontements ont eu lieu à la périphérie du camp palestinien de Yarmouk, dans le sud de Damas, contrôlé en majorité par les combattants rebelles, et assiégé par l'armée syrienne.

A Raqa (nord), l'EIIL, qui contrôle cette ville, a arrêté un homme qui circulait avec sa femme parce qu'elle ne portait pas le niqab, a indiqué l'OSDH.

L'EIIL a interdit à la population de Raqa de fumer ou d'écouter de la musique, quelques jours après avoir pris le contrôle de la ville le 14 janvier.

De féroces combats opposant depuis plus de vingt jours des rebelles à l'EIIL ont fait près de 1.400 morts.

L'EIIL est accusé, notamment par l'opposition, d'enlèvements et de meurtres de civils et de rebelles rivaux.

En Suisse, opposition et régime se sont réunis brièvement pour la toute première tentative de négociations directes visant à régler le conflit syrien, dans le cadre de la conférence de paix de Genève II. Ils doivent se retrouver dans l'après-midi.

Plus de 130.000 personnes ont été tuées en Syrie en près de trois ans et des millions de personnes ont été forcées de quitter leurs foyers.

ser/rm/cbo/faa

PLUS:hp