NOUVELLES

Liban: les sunnites refusent de prendre partie dans le conflit Hezbollah-Qaïda (Hariri)

25/01/2014 10:34 EST | Actualisé 27/03/2014 05:12 EDT

L'ancien Premier ministre libanais Saad Hariri a affirmé samedi que sa communauté sunnite refusait de prendre partie dans le conflit entre le mouvement chiite Hezbollah et Al-Qaïda.

Cette déclaration intervient au lendemain de menaces du "Front al-Nosra au Liban", un groupe apparu récemment et qui porte le même nom que la branche officielle d'Al-Qaïda en Syrie, qui a averti que les lieux où opèrent le Hezbollah au Liban constituaient des "cibles légitimes", et dissuadé les sunnites de s'y rendre.

Elle intervient également au moment où des obus tirés de Syrie sont tombés près d'Hermel et Masharia al-Qaa, dans la vallée de la Bekaa, sans faire de victimes. Le "Front al-Nosra au Liban" et un autre groupe jihadiste ont revendiqué ces tirs.

Le "Front al-Nosra au Liban" avait revendiqué un attentat à la voiture piégée mardi dans un bastion du Hezbollah dans le sud de Beyrouth.

"Les Libanais, et les sunnites parmi eux, refusent de prendre partie dans n'importe quelle guerre au Liban ou dans la région entre le Hezbollah et Al-Qaïda", a déclaré Saad Hariri qui dirige la coalition dite du 14-Mars, pro-occidentale et anti-syrienne.

"Ils refusent aussi que des civils dans n'importe quelle région du Liban ne deviennent les cibles de cette guerre folle", a ajouté l'ancien Premier ministre, qui s'est récemment dit prêt à former un gouvernement avec le Hezbollah.

Dans son communiqué, Saad Hariri a réitéré son opposition à l'engagement en Syrie du Hezbollah, qui combat aux côtés du régime de Bachar al-Assad contre les rebelles.

"Tout Libanais sain d'esprit et patriotique, quelle que soit son appartenance confessionnelle, refusera d'être traîné dans le sillage de ces appels (jihadistes), (de la même façon) qu'il refusera la guerre du Hezbollah en Syrie", a ajouté M. Hariri.

Dans la Bekaa, "huit obus ont touché les environs d'Hermel et un est tombé à l'intérieur de la ville, endommageant des voitures et des maisons", a affirmé une source de sécurité, ajoutant que trois autres obus étaient tombés "aux abords de Masharia al-Qaa".

"Le Front al-Nosra au Liban et la compagnie Marwan Hadid (...) annoncent que l'attaque aux roquettes Grad (...) sur Hermel a atteint son but", ont indiqué les deux groupes jihadistes sur Twitter, menaçant de poursuivre leurs attaques jusqu'à obtenir la libération d'islamistes sunnites emprisonnés au Liban, et le retrait du Hezbollah de Syrie.

Le Liban est profondément divisé sur le conflit en Syrie, ancienne puissance tutélaire, qui a exacerbé les tensions communautaires entre sunnites et chiites.

ser/vl-faa/cbo

PLUS:hp