NOUVELLES

L'Égypte divisée souligne le 3e anniversaire du soulèvement de 2011

25/01/2014 10:25 EST | Actualisé 27/03/2014 05:12 EDT

LE CAIRE, Égypte - L'anniversaire du soulèvement égyptien de 2011 a violemment démontré que les nombreuses divisions étaient encore profondes dans le pays, alors que d'importantes foules se sont réunies lors d'événements organisés par l'État, et que les forces de sécurité ont donné l'assaut à des manifestations organisées par des fidèles du président déchu Mohammed Morsi. Dans certains endroits, des militants laïcs s'opposaient à la fois aux militaires et aux islamistes.

Les heurts ont fait au moins 29 morts chez les manifestants à l'échelle nationale, ont annoncé des responsables des services de santé.

Ces rassemblements rivaux illustrent bien les profondes divisions qui existent au sein de la population égyptienne depuis le début, le 25 janvier 2011, de la révolte ayant entraîné la chute de Hosni Moubarak et la destitution de M. Morsi à la suite du coup d'État de juillet dernier.

Les affrontements les plus importants ont eu lieu dans une banlieue de l'est du Caire, où des partisans islamistes s'en sont pris aux forces de sécurité pendant des heures. La police a tiré au-dessus de la foule pour la disperser, tandis que les protestataires ripostaient avec des engins incendiaires.

La violence fut également marquée en région. Une voiture piégée a sauté à l'extérieur d'un camp des services de sécurité à Suez, où des tireurs ont ciblé la police.

À Alexandrie, une manifestante a été tuée par balle lors de heurts, ont fait savoir des responsables.

Les manifestants en faveur des militaires se sont pour leur part rassemblés afin d'exprimer leur soutien au chef de l'armée, le général Abdel-Fattah el-Sissi, l'homme qui a chassé M. Morsi du pouvoir et que ses partisans veulent maintenant voir à la tête du pays.

Les forces de sécurité ont également essayé, samedi, de disperser de jeunes activistes laïcs ayant joué un rôle important lors du soulèvement contre Moubarak en 2011 et qui critiquent autant les militaires que les islamistes. Plusieurs des figures les plus connues de ce groupe ont été arrêtées au cours des derniers mois dans le cadre de la campagne du gouvernement pour faire taire tous ses détracteurs.

PLUS:pc