NOUVELLES

Italie - 21e journée: La Juventus ralentit

25/01/2014 04:50 EST | Actualisé 27/03/2014 05:12 EDT

La Juventus n'a pris qu'un point à Rome contre la Lazio (1-1), après 12 victoires consécutives en Championnat d'Italie, mais elle l'a arraché en infériorité numérique, en patronne, samedi en match avancé de la 21e journée.

La Juventus a toujours faim

Même par vent contraire, la Juve s'en sort, et porte à 9 points son avance sur l'AS Rome, qui joue dimanche à Vérone (11h30 GMT) pour tenter de combler une petite partie de son retard. Le match a mal commencé pour le leader, réduit à dix après l'exclusion de son gardien, Gianluigi Buffon, pour une faute en dernier défenseur sur Miroslav Klose, qui a aussi coûté un penalty, transformé par Antonio Candreva (27). Mais la Juve n'a jamais perdu sa combativité et a égalisé sur une action mêlant rage et talent: un centre en retrait à l'arraché de Stéphane Lichtsteiner pour une magnifique tête décroisée de Fernando Llorente (60). La Juve a aussi un banc de champion, Marco Storari, le gardien remplaçant, a sauvé le nul avec une parade incroyable sur une tête à bout portant de Klose (76). Enfin la "Vieille Dame" a la chance des vainqueurs, sauvée par son poteau sur un chef d'oeuvre du jeune prodige Baldé Keita (81). La Juve a fait oublier la pâle prestation dans ce même stade, où, avec une équipe certes remaniée, elle avait été dominée et éliminée mardi de la Coupe d'Italie par la Roma (1-0). Cette Roma qui doit gagner à Vérone pour croire en son destin après avoir battu la Juve en confrontation directe.

Naples encore freiné

Si la "Louve" peut encore rêver rattraper la Juve, le Napoli a abdiqué en étant tenu en échec sur son terrain par le Chievo Vérone (1-1) en fin d'après-midi, où Gonzalo Higuain, la star de l'équipe, a raté plusieurs occasions. Naples est à la merci d'un retour de la Fiorentina, qui reçoit dimanche le Genoa, et peut revenir à un point, en cas de victoire, de sa précieuse troisième place, qui vaut un accessit en Ligue des champions. Après le 2-2 concédé à la dernière seconde à Bologne, cette nouvelle contre-performance douche les ambitions de l'équipe de Rafael Benitez. Au lieu de penser à rejoindre la Roma, Naples doit surveiller ses arrières. Un but de Gennaro Sardo après un une-deux avec Cyril Théréau a suffi à mettre à terre le Napoli. Le défenseur Raul Albiol a évité le pire en égalisant à trois minutes de la fin du temps réglementaire, exploitant un centre de Lorenzo Insigne.

eba/dac

PLUS:hp