NOUVELLES
25/01/2014 08:47 EST | Actualisé 27/03/2014 05:12 EDT

Faible mobilisation contre le Mondial

La première journée de mobilisation contre le Mondial 2014, organisée samedi dans 36 villes brésiliennes, n'a pas obtenu l'appui désiré.

Seulement quelques milliers de personnes ont répondu à l'appel du mouvement contestataire Anonymous.

Lancée sous le mot d'ordre « la Coupe du monde n'aura pas lieu », cet événement devait constituer un premier test de l'humeur sociale du pays. Une fronde sociale d'ampleur historique avait ébranlé le Brésil en juin 2013, durant la Coupe des confédérations.

La plus importante manifestation s'est tenue à Sao Paulo, où 2000 Brésiliens se sont présentés pour ce qui devait être une manifestation pacifique. Dans la capitale économique du pays, la journée s'est toutefois soldée par des affrontements entre certains manifestants et les forces policières. Près de 30 personnes auraient été arrêtées, rapportent les médias locaux. Quelques actes de vandalisme auraient été commis, et au moins une voiture aurait été incendiée.

La mobilisation a également été très faible dans les autres villes du pays. Environ 200 personnes se sont présentées au rassemblement prévu à Rio de Janeiro, alors que d'autres points de rencontre ont peiné à réunir une centaine de manifestants.

Les organisateurs ont repris les slogans du mouvement social de l'été dernier. Ils exigent des investissements massifs dans les services publics et décrient les dépenses excessives effectuées afin d'organiser le Mondial.

La fronde s'est poursuivie à l'automne. Par la suite, elle a perdu de sa vigueur tout en se radicalisant. Militants anarchistes et police militaire se sont depuis affrontés à de nombreuses reprises.

José Augusto Rodrigues, sociologue à l'Université de Rio, prévoit « [qu']il y aura des manifestations pendant le Mondial, d'autant que c'est une année d'élections générales », mais qu'elles ne seront « pas à l'échelle de juin dernier ».

« Les gens ont perdu l'envie de manifester en raison de la radicalisation de certains groupes et les pouvoirs publics, de leur côté, ont appris à gérer les manifestations », a-t-il expliqué à l'Agence France-Presse, vendredi.

La Coupe du monde se tiendra du 12 juin au 13 juillet prochain, au Brésil.

PLUS:rc