NOUVELLES

Un juge du Texas ordonne de débrancher une femme enceinte en état de mort cérébrale

24/01/2014 08:40 EST | Actualisé 26/03/2014 05:12 EDT

Un juge du comté de Tarrant, au Texas, a ordonné vendredi à un hôpital de l'État de débrancher une femme enceinte en état de mort cérébrale, comme le souhaitait sa famille.

Le juge a donné jusqu'à 17 h lundi aux responsables de l'hôpital pour retirer les appareils maintenant en vie Marlise Munoz, 33 ans.

La femme était enceinte de 14 semaines lorsque son mari l'a trouvée inconsciente, le 26 novembre dernier.

Ne pouvant extraire le fœtus vivant, l'hôpital John Peter Smith arguait qu'il devait protéger la vie de l'enfant à naître.

Le cas de Marlise Munoz a soulevé de nombreuses questions sur les plans médical et éthique.

Mais Erick Munoz a affirmé que sa femme et lui-même appartiennent au personnel paramédical, et qu'il était clair pour eux qu'ils ne voulaient pas être maintenus en vie dans une telle situation.

Les parents de Marlise Munoz étaient également du même avis.

Les responsables de l'hôpital ont signifié qu'ils étaient liés par une loi de l'État interdisant le retrait de traitement à une patiente enceinte.

La famille s'est adressée à un avocat, qui a soutenu que de garder la femme branchée sur les appareils de maintien en vie établirait un dangereux précédent pour les futurs cas de patientes enceintes en état de mort cérébrale.

Le Texas est l'un des 12 États qui ont adopté une réglementation obligeant la poursuite du maintien en vie, quelle que soit l'avancée d'une grossesse.

PLUS:rc