NOUVELLES

L'Isle-Verte: l'incendie a fait huit victimes et une trentaine de disparus

24/01/2014 10:03 EST | Actualisé 26/03/2014 05:12 EDT

L'ISLE-VERTE, Qc - Le combat contre le froid a imposé une cadence soutenue aux équipes de recherches à L'Isle-Verte, vendredi, au lendemain d'un terrible incendie qui a ravagé la Résidence du Havre et fait huit victimes en plus d'une trentaine de disparus.

Les travaux sur le terrain ont été suspendus à 19h et reprendront à 7h samedi matin. Ce court répit permettra aux équipes de se reposer.

Sur le terrain, l'enquête progresse lentement. Le lieutenant Guy Lapointe, de la Sûreté du Québec (SQ), a précisé que le travail était complexe. Vendredi des appareils qui diffusent de la vapeur ont été utilisés pour faire fondre le couvercle de glace qui recouvre la scène et les victimes prisonnières.

La Sûreté du Québec a demandé des équipements supplémentaires pour continuer les opérations.

«C'est une scène hors du commun, dans des conditions extrêmes. Nous tentons d'innover au fur et à mesure afin d'avancer le plus rapidement possible et avec rigueur. Nous avions dit dès le départ que tout serait déployé pour procéder rapidement et c'est ce que nous faisons», a dit le lieutenant Lapointe.

Selon le préposé qui était en devoir le soir du drame à la Résidence du Havre, l'incendie pourrait avoir été causé par un article de fumeur dans une chambre du deuxième étage. Ce préposé, Bruno Bélanger, a confié au réseau TVA qu'il était intervenu mois d'une heure avant que l'alarme ne se déclenche pour empêcher un résidant de sortir à l'extérieur pour fumer une cigarette, puisque les résidants ne sont pas autorisés à sortir après 23h00.

Lorsque l'alarme a retenti, M. Bélanger s'est dirigé vers la chambre de ce résidant et il a constaté que le brasier venait de là. À son avis, il y avait déjà une fumée suffocante.

La porte-parole du Bureau du coroner, Geneviève Guilbault, a indiqué qu'aucune identification n'a encore été confirmée. Les travaux d'identification sont effectués sur le site de L'Isle-Verte ou, selon les expertises requises, dans les laboratoires de sciences judicaires de Montréal.

Silencieux jusqu'ici dans les médias, les propriétaires de la résidence pour personnes âgées, Roch Bernier et Irène Plante, ont fait parvenir un communiqué aux médias pour exprimer leurs condoléances aux familles et aux survivants.

Ils ont aussi insisté sur les efforts déployés pour tenter de sauver des vies et, manifestement ébranlés par la tragédie, ils jugent qu'il est encore trop tôt pour confirmer si la résidence sera reconstruite ou non. Depuis les événements, ils ont consacré leurs énergies à relocaliser les personnes qui ont pu sortir à temps des flammes.

Arrivée sur les lieux, la mairesse de L'Isle-Verte, Ursule Thériault, a rapidement été mise au courant de l'avancée des travaux et a tenté de se montrer rassurante en disant que tout était sous contrôle. Quant à l'étendue des dommages, elle a répété simplement «c'est une scène de désolation».

Myrian Marotte, directrice des communication à la Croix-Rouge du Québec, a précisé vendredi que les propriétaires de la Résidence du Havre possédaient un bon plan d'urgence dans lequel ils avaient prévu un plan de relocalisation en cas de sinistre. Cette planification a grandement contribué à trouver des endroits où loger les sinistrés.

«Ils avaient des endroits substituts où loger leurs locataires. Les personnes évacuées se trouvent déjà dans d'autres résidences où elles reçoivent des soins et où il est possible de répondre à leurs besoins particuliers», a assuré Mme Marotte.

L'objectif de 50 000 $ que s'était fixé la Croix-Rouge a par ailleurs été atteint, mais les dons sont toujours les bienvenus pour l'achat de lunettes, appareils auditifs et autres besoins exprimés par les survivants et leurs proches.

Une demande a été formulée aux témoins qui sont arrivés les premiers sur les lieux de l'incendie dans la nuit de jeudi. Les enquêteurs sont à la recherche de photos et de vidéos afin de mieux comprendre ce qui a pu se produire. Ces personnes sont invitées à joindre la centrale d'informations criminelles afin qu'un policier puisse récupérer ce matériel.

La première ministre Pauline Marois a écourté de 24 heures son séjour à Davos, en Suisse. Elle se rendra à L'Isle-Verte dimanche.

De son côté, la ministre déléguée aux Services sociaux, Véronique Hivon, a annoncé vendredi le déploiement de plusieurs effectifs psychosociaux pour rencontrer la communauté affectée par ce drame.

Mme Hivon a précisé que contrairement à la tragédie de Lac-Mégantic, survenue en plein été, l'hiver et le froid confinent les gens à l'intérieur, accentuant du même coup le risque de repli sur soi.

«C'est très important de ne pas lâcher ces personnes âgées-là. Les gens sont chez eux, il faut aller les rejoindre», a-t-elle insisté.

Des visites à domicile seront organisées par différentes équipes du Centre de santé et de services sociaux de Rivière-du-Loup et d'autres CSSS des territoires avoisinants. Ces ressources iront rejoindre les personnes qui voudraient se confier ou qui pourraient avoir des besoins d'accompagnement ou autres à satisfaire.

Des équipes sont également déployées à l'école Moisson-d'Art, où est établi le Centre régional de coordination gouvernementale. La ministre invite aussi les personnes touchées à composer le 8-1-1 pour obtenir du soutien psychosocial.

La mairesse suppléante, Ginette Caron, a informé la population qu'un avis d'ébullition d'eau de cinq minutes a été imposé. Elle demande également aux résidants de réduire leur consommation d'eau afin de permettre à la municipalité de refaire ses réserves après qu'on eut arrosé les foyers d'incendie durant de longues heures. Le débit d'eau a diminué, mais la situation n'est pas critique, a assuré Mme Caron.

Dans l'incendie, la seule pharmacie de L'Isle-Verte a aussi été rasée. Le système informatique a permis d'éviter la perte des dossiers pharmaceutiques des patients.

Les services seront maintenus avec la collaboration des pharmacies d'autres municipalités en attendant l'ouverture d'un point de service temporaire à L'Isle-Verte.

Quant au CLSC, qui se trouvait aussi dans l'immeuble incendié, il rouvrira en début de semaine au presbytère de la communauté.

Le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, est arrivé sur place et a promis une trêve politique pour laisser place à la population éprouvée.

«Aujourd'hui il n'y a pas de Parti libéral, de Parti québécois ou de Coalition avenir Québec. Nous sommes tous à nous poser la question que faire pour ne pas que ça se reproduise», a mentionné M. Legault.

Les messages de sympathies continuent toujours d'affluer. Même la reine Élizabeth a exprimé sa tristesse pour les habitants de L'Isle-Verte.

PLUS:pc