NOUVELLES

Ukraine/répression : Fabius, "indigné", convoque l'ambassadeur à Paris

24/01/2014 11:56 EST | Actualisé 26/03/2014 05:12 EDT

La France a convoqué vendredi à Paris l'ambassadeur d'Ukraine pour lui faire part de sa "condamnation" de la répression des manifestations à Kiev, a annoncé le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, se disant "inquiet et indigné".

"Le directeur de cabinet du ministre lui a rappelé la condamnation par les autorités françaises de l'utilisation des violences et d'une répression féroce actuellement contre la population qui manifeste", a déclaré le porte-parole du ministère, Romain Nadal.

Les ambassadeurs d'Ukraine en Allemagne, en Suède, en Norvège et en Estonie ont également été convoqués.

"Nous souhaitons, compte-tenu de la gravité des violences intervenues dans ce pays et du nombre des personnes qui ont perdu la vie à cause de ces violences, qu'une commission d'enquête impartiale soit mise en place de façon à faire toute la lumière sur ces événements", a-t-il ajouté.

Le porte-parole a souligné que Paris dialoguait avec les principaux responsables de l'opposition ukrainienne, notamment le champion du monde de boxe Vitali Klitschko, et qu'il était "tout à fait envisageable qu'il soit reçu en France dans les prochains jours"

"Nous avons la conviction que nous pouvons amener la Russie à bien comprendre qu'il n'y a pas de contradictions entre des relations fortes, étroites, de coopération, entre l'Ukraine et l'Union européenne, et des relations étroites et fortes entre l'Ukraine et la Russie", a-t-il ajouté.

En annonçant tôt vendredi la convocation de l'ambassadeur, dans un entretien avec la chaîne I-Télé, Laurent Fabius avait expliqué qu'il s'agissait d'"un geste pour montrer qu'il y a une condamnation de la part de la France". Le ministre s'était dit aussi "inquiet et indigné".

"Quant au Premier ministre ukrainien (Mykola Azarov), le moins qu'on puisse dire c'est qu'il ne s'est pas illustré positivement ces derniers jours, puisque vous avez vu qu'il y a eu des ordres de tirer sur la foule, ce qui est évidemment inadmissible", avait également souligné M. Fabius.

Qualifiant la situation de "très difficile", il a appelé "au dialogue entre (Viktor) Ianoukovitch, qui est le président, et les représentants de l'opposition".

Laurent Fabius a notamment critiqué les dernières lois approuvées en Ukraine. "Les lois qui ont été passées sont extrêmement répressives et je l'espère vont être modifiées", a-t-il dit, ajoutant : "Il faut que le dialogue s'instaure".

Le centre de Kiev, occupé depuis fin novembre par des partisans de l'intégration de l'Ukraine à l'Union européenne après la volte-face du pouvoir sur un rapprochement avec l'Union européenne, le tout au profit de la Russie, est le théâtre de heurts entre manifestants radicaux et forces de l'ordre depuis dimanche.

Les manifestants sont passés à l'offensive vendredi en occupant le ministère de l'Agriculture et en érigeant une nouvelle barricade dans le centre de la capitale après des négociations entre le président et les chefs de l'opposition jugées décevantes par ces derniers.

ial-st/thm/bds

PLUS:hp