NOUVELLES

Ukraine: l'opposition occupe les bâtiments publics dans six régions de l'ouest

24/01/2014 09:34 EST | Actualisé 26/03/2014 05:12 EDT

Des milliers de manifestants de l'opposition ukrainienne occupaient vendredi les bâtiments de l'administration régionale dans six régions de l'ouest du pays, étendant la contestation qui s'est radicalisée avec de violents heurts à Kiev.

La situation a été particulièrement tendue à Tchernivtsi, près de la frontière roumaine, où le président de l'assemblée locale, blessé à la tête, a été hospitalisé après un assaut qui a duré plusieurs heures.

La télévision a transmis des images spectaculaires d'assaillants enfonçant les portes de l'administration en scandant "honte".

Le gouverneur Mikhaïlo Papiev a fini par céder le contrôle des lieux, dont sont partis employés et forces de l'ordre.

Les gouverneurs sont nommés par le président Viktor Ianoukovitch et se trouvent donc en ligne de mire des manifestants dans ces régions ukrainophones en grande partie acquise à l'opposition et où le pouvoir en place ne dispose que de très peu de soutien.

A Loutsk, près de la frontière polonaise, un millier de manifestants rassemblés devant l'administration régionale ont pu accéder sans violence dans les bureaux du gouverneur, qui leur a annoncé sa décision.

La veille à Lviv, considérée comme le bastion nationaliste de l'ouest de l'Ukraine, le gouverneur Oleg Salo avait signé un document, demandant à être démis de ses fonctions sous la pression d'un millier de manifestants qui ont forcé l'entrée de administration.

Il est ensuite revenu sur ses déclarations, affirmant que sa démission, signée sous la contrainte, n'était pas valide. Mais 200 manifestants qui ont passé la nuit sur place l'ont empêché d'accéder à son bureau vendredi.

La branche locale du Parti des régions de Viktor Ianoukovitch a quant à elle annoncé qu'elle quittait la formation, jugeant le pouvoir responsable de la mort de manifestants pacifiques à Kiev et reprenant la revendication de l'opposition d'élections législatives et présidentielle anticipées.

Au moins deux personnes ont été tuées par balles pendant des heurts à Kiev depuis dimanche, selon les autorités. L'opposition a de son côté décompté la mort de cinq manifestants.

Comme à Kiev, où la place de l'Indépendance et les rues voisines du centre sont entourées de barricades, les manifestants à Lviv ont érigé des barricades avec des pneus et des sacs de sable devant le bâtiment de l'administration, et y ont installé une scène et des braséros.

Les manifestants ont également bloqué une autoroute menant vers la frontière polonaise.

Les administrations sont aussi occupées dans les régions de Rivné, Ternopil et Khmelnitski (ouest).

A Tcherkassy (centre), la police a réussi à chasser les manifestants qui avaient pris d'assaut l'administration jeudi soir, et a interpellé une cinquantaine de personnes.

Vendredi matin, les manifestants ont lancé un assaut contre l'administration régionale de Tchernivtsi (ouest), près de la frontière avec la Roumanie.

La police est intervenue pour les disperser en utilisant du gaz lacrymogène, selon des témoins, mais des heurts se poursuivait dans la journée.

Quelque 5.000 manifestants ont participé à l'assaut de l'administration d'Ivano-Frankivsk dont ils ont réussi à occuper deux étages. Le reste du bâtiment est contrôlé par la police qui s'est barricadée derrière les meubles.

Aucune action de ce type n'a été rapporté dans l'est du pays, proche culturellement et économiquement de la Russie voisine, tandis que les régions de l'ouest, historiquement hostiles à la domination de Moscou, sont davantage tournées vers l'Europe.

vt-dg-neo-gmo/lpt/bir

PLUS:hp