NOUVELLES

Ukraine: le président promet l'amnistie et un remaniement de son gouvernement

24/01/2014 11:14 EST | Actualisé 26/03/2014 05:12 EDT

KIEV, Ukraine - Le président de l'Ukraine a promis de remanier son gouvernement et de libérer des dizaines de manifestants incarcérés, annonçant une série de concessions alors que les manifestations anti-gouvernement de Kiev se sont propagées à près de la moitié du pays.

Lors d'une rencontre avec des leaders religieux, vendredi, Viktor Ianoukovitch s'est engagé à ce que la séance parlementaire extraordinaire de mardi prochain se traduise par des changements au sein de son cabinet ministériel. Il a aussi promis d'amender les lois limitant le droit de manifester et d'accorder l'amnistie aux protestataires incarcérés qui n'ont pas été reconnus coupables d'infractions majeures.

L'adoption, la semaine dernière, de lois durcissant les sanctions contre les protestataires a donné lieu à de violents affrontements entre les forces de l'ordre et les manifestants, qui ont répliqué aux assauts de la police antiémeute en lançant des pierres et des cocktails molotovs. Les manifestations anti-gouvernement qui agitent le pays depuis maintenant deux mois étaient jusqu'ici demeurées pacifiques.

Au moins deux manifestants ont perdu la vie cette semaine dans des affrontements avec les forces policières. Des protestaires de l'ouest du pays ont quant à eux occupé les bureaux gouvernementaux dans une dizaine de villes pro-Europe où l'appui à M. Ianoukovitch reste très faible, voire inexistant.

La mobilisation a débuté en novembre après que le président eut décidé de tourner le dos à un accord économique avec l'Union européenne au profit d'un retour dans le giron de la Russie. Le président russe, Vladimir Poutine, fait pression pour maintenir l'influence du Kremlin sur l'Ukraine alors que la population des grands centres urbains du pays exige plutôt un rapprochement avec l'UE.

Les détracteurs de M. Ianoukovitch exigent depuis son départ et la tenue d'élections.

Les concessions proposées vendredi par le président surviennent alors qu'une fragile trêve semblait prendre place au centre-ville de Kiev, bien que des milliers de manifestants se tiennent toujours derrière les barricades érigées face au cordon de policiers antiémeute. Les affrontements s'y étaient calmés jeudi matin, les leaders de l'opposition ayant entamé des négociations directes avec le président Ianoukovitch.

Mercredi, la police avait donné l'assaut pour démanteler des barricades érigées près du district gouvernemental. Deux manifestants ont été tués par balle dans ces affrontements. Le ministère de l'Intérieur a déclaré que 73 personnes avaient été arrêtées, dont 52 feront l'objet d'une enquête pour «émeutes de masse», une accusation criminelle récemment créée qui prévoit une peine pouvant aller jusqu'à huit ans de prison.

Des centaines d'autres manifestants de l'ouest de l'Ukraine ont occupé jeudi les bureaux de gouverneurs nommés par le président. Au moins deux d'entre eux ont été forcés de signer une lettre de démission tandis qu'un troisième a été chassé de son bureau par une foule en colère.

La fureur des protestaires s'est accrue de plus belle après la diffusion d'une vidéo montrant des policiers antiémeute en train d'humilier et d'agresser un manifestant qu'ils avaient forcé à se dévêtir. Le ministère de l'Intérieur a offert ses excuses pour le comportement des policiers.

PLUS:pc