NOUVELLES

L'humoriste Dorothy Rhau réchauffera février, le Mois de l'histoire des Noirs

24/01/2014 08:47 EST | Actualisé 26/03/2014 05:12 EDT

Pour une deuxième année de suite, Dorothy Rhau déridera les spectateurs qui seront présents à son Gow show Vivre icitte!!! Version 100 % pur cacao. Ce spectacle a lieu le 1er février à l'Astral de Montréal, à l'occasion du Mois de l'histoire des Noirs.

« J'ai du nouveau matériel et de nouveaux invités humoristes : François Massicote, Jocelyn Lebeau et Martin Proulx, de l'émission  à Télé-Québec », explique Dorothy Rhau.

Grâce, entre autres, à son personnage de Mémère Radotte, Dorothy Rhau aborde cette année, le thème de la vie au Québec. « Je fais un peu un clin d'oeil à la charte de la laïcité du Parti québécois et à la présence des communautés culturelles. J'ai envie de dire comment j'ai grandi ici. On va rigoler autour de ça, avec des personnages », raconte l'humoriste d'origine haïtienne.

L'artiste, qui fait ce métier depuis deux ans après une carrière en ressources humaines, rira aussi des joies et des peines de la quarantaine. « Entre autres du secret de ma beauté, ce qui fait que je reste toujours jeune », glisse-t-elle entre plusieurs rires.

D'autres invités pour réchauffer la salle
D'autres invités feront une apparition au cours de la soirée, dont le chanteur Gardy Fury. « C'est une bête de scène », décrit Dorothy Rhau. Et la DJ Sandy Duperval se chargera d'électriser l'ambiance avant le spectacle, soit de 19 à 20 h.

Le Mois de l'histoire des Noirs
Ce spectacle fait partie de la programmation culturelle du Mois de l'histoire des Noirs. Pour Dorothy Rhau, « c'est avant tout un moment pour se rappeler de l'histoire des Noirs, mais il faut l'extrapoler, au même titre qu'on célèbre la Journée internationale de la femme, pour rappeler les inégalités dont elles sont victimes ». L'humoriste estime que ce mois souligne aussi un grand fait historique : les 400 ans d'esclavage.

Dorothy Rhau tient aussi à discuter de l'apport des Noirs dans la société québécoise. « Je n'aime pas le discours de victimisation où on se croit encore enchaîné et que les Blancs nous doivent quelque chose. La couleur n'a jamais été un frein à ma carrière. »

PLUS:rc