NOUVELLES

Les délégations syriennes ne seront pas dans la même pièce au début des pourparlers

24/01/2014 05:15 EST | Actualisé 26/03/2014 05:12 EDT

Les émissaires du président Bachar al-Assad et les membres de l'opposition en exil ne seront pas vendredi dans la même pièce, contrairement à ce que souhaitait l'ONU, au début de la conférence de paix Genève II, a confirmé une porte-parole des Nations unies.

"Il faut être patient et voir le processus se développer ", a indiqué à la presse une porte-parole des Nations unies, Alessandra Velluci.

"Maintenant, il faut d'intenses discussions pour savoir quelle procédure nous allons suivre", a-t-elle ajouté, confirmant ainsi que les modalités qui paraissaient acceptées par les deux délégations jeudi soir sont remises en cause.

L'émissaire spécial pour la Syrie, Lakhdar Brahimi, doit s'entretenir avec la délégation du gouvernement syrien à partir de 11H00 (10H00 GMT) puis dans l'après-midi à partir de 16H00 (15H00 GMT) avec la délégation de l'opposition, a précisé la porte-parole. "Nous avançons pas à pas", a-t-elle ajouté.

Jeudi soir, il avait été convenu que les deux délégations se retrouveraient vendredi matin dans une même salle avec M. Brahimi pour l'entendre fixer les règles de la discussion, puis se seraient séparées dans deux salles pour dialoguer via l'émissaire. M. Brahimi chercherait alors à amener tout le monde autour d'une même table pour un dialogue sous sa médiation.

Selon des sources dans les deux délégations, l'opposition a refusé de s'asseoir à la même table que le régime en arguant du fait que le gouvernement syrien devait accepter le principe d'un gouvernement de transition sans Assad avant toute négociation directe.

ram-kat-jfw/pjt/jh

PLUS:hp