NOUVELLES

Le libre-échange des produits verts intéressent les grands de ce monde

24/01/2014 11:45 EST | Actualisé 26/03/2014 05:12 EDT

Au quatrième jour de la 44e édition du Forum économique de Davos, le commerce des biens environnementaux a été à l'ordre du jour : des joueurs d'importance tels que les États-Unis, la Chine, l'Union européenne et le Japon se sont entendus pour s'engager sur la voie d'un accord de libre-échange des produits verts.

L'accord est loin d'être conclu, mais le président américain, Barack Obama, estime qu'il est possible qu'il voit la ratification avant la fin de son mandat, en 2017.

Les pays qui se sont engagés dans cette initiative en vue du libre commerce des produits verts vont établir un calendrier et, aussi, en discuter avec d'autres parties. Aux États-Unis, par exemple, les membres du Congrès devront être consultés.

L'Organisation mondiale du commerce estime à 1400 milliards de dollars le marché mondial des produits, technologies et services liés à l'environnement.

Sur la scène québécoise

La première ministre du Québec, Pauline Marois, a pris la décision de revenir plus tôt de Davos afin de pouvoir être présente à L'Isle-Verte, où un incendie majeur a détruit une résidence de personnes âgées, faisant cinq morts et une trentaine de disparus.

« J'écourte ma mission de 24 heures en raison de cette horrible tragédie », a déclaré Pauline Marois qui dit suivre la situation de près, du fait que quelques-uns de ses ministres se relaient sur les lieux, dans la petite communauté éprouvée du Bas-Saint-Laurent où les recherches se poursuivaient, vendredi.

Plus tôt à Davos, cette semaine, Mme Marois avait vu l'une de ses missions porter ses fruits, avec l'annonce d'une entreprise espagnole d'instaurer une usine de silicium en sol québécois. La première ministre avait entamé ces négociations avec l'entreprise FerroAtlántica, l'an dernier, à Davos. L'usine de silicium permettra l'embauche de 300 personnes.

La question de l'emploi n'est pas la seule à être abordée dans ce vaste espace de discussion qu'est le Forum économique de Davos. Le sujet complexe des inégalités sociales dans le monde figurait au coeur des débats. D'autres voix se font aussi entendre, ouvrant d'autres avenues de discussion.

Par exemple, le président iranien Hassan Mourani a pris la parole jeudi devant une salle comble, venue l'entendre vanter les mérites de son pays au plan économique. Hassan Mourani, qui est le premier président iranien à fréquenter le forum de Davos en une décennie, a également assuré que son pays se conformerait aux règles que lui ont édictées de grandes puissances, relativement au programme nucléaire mené par Téhéran.

Le Forum économique de Davos se termine samedi.

PLUS:rc