NOUVELLES

Le comité olympique sud-africain est critiqué après avoir écarté un skieur

24/01/2014 11:23 EST | Actualisé 26/03/2014 05:12 EDT

LE CAP, Afrique du Sud - L'adolescent Sive Speelman aurait pu devenir la version sud-africaine de «Éric l'anguille» aux Jeux olympiques de Sotchi, c'est-à-dire l'athlète cendrillon.

Le skieur alpin âgé de 18 ans, spécialiste du slalom, provient d'une région rurale très pauvre du pays où il ne neige pratiquement jamais. De plus, les skieurs sont très rares — particulièrement ceux qui sont noirs. En dépit du fait qu'il se soit qualifié pour les Jeux de Sotchi, il ne participera pas à l'épreuve olympique.

Le comité olympique sud-africain a décidé que Speelman n'était pas suffisamment bon, l'empêchant ainsi de côtoyer les meilleurs skieurs de la planète qui seront en Russie — même s'il a reçu une invitation du Comité international olympique.

La décision de la Confédération sud-africaine des sports et du comité olympique d'empêcher Speelman de participer à la compétition est très critiquée dans son pays, car l'organisation est accusée de briser les rêves d'un jeune athlète et d'ignorer l'esprit olympique.

La plus récente liste du CIO pour recenser les pays participants aux JO de Sotchi indique que l'Afrique du Sud aurait été l'un des quatre pays africains présents; le Maroc, le Togo et le Zimbabwe enverront des athlètes les représenter.

Eric Moussambani, de la Guinée équatoriale, a attiré l'attention médiatique aux Jeux olympiques de Sydney en 2000. Surnommé «Éric l'anguille», il avait participé au 100 m style libre, mais avait complété la distance loin derrière ses adversaires.

L'Afrique du Sud a envoyé des athlètes à tous les Jeux olympiques d'hiver depuis Lillehammer en 1994 — les premiers après son retour au sein du CIO à la suite de l'apartheid. Ce pays n'a jamais décroché de médaille aux Jeux d'hiver.

PLUS:pc