NOUVELLES

L'avenir du transport de passagers par rail est menacé au Nouveau-Brunswick

24/01/2014 04:00 EST | Actualisé 26/03/2014 05:12 EDT

MONTRÉAL - L'avenir du transport de passagers par Via Rail dans le nord-est du Nouveau-Brunswick est menacé.

L'annonce d'une entente, vendredi, entre le gouvernement du Nouveau-Brunswick et le Canadien National (CN) pour le maintien des services de transport ferroviaire des marchandises dans le nord de la province représente en fait un coup dur pour les usagers de Via Rail.

En vertu de cette entente de 50 millions $ financée à parts égales par le gouvernement provincial et le CN, seuls les tronçons entre Bathurst et Campbellton et entre Miramichi et Moncton seront maintenus.

La portion de rail de 70 kilomètres qui relie Miramichi à Bathurst sera abandonnée «en raison des investissements importants nécessaires au maintien de la ligne et du peu d'achalandage sur ce tronçon», selon le CN.

Or, Via Rail loue ce chemin de fer pour relier Moncton à Campbellton et rejoindre la Vallée de la Matapédia en Gaspésie. L'abandon du tronçon entre Miramichi et Bathurst rendra la liaison impossible à moins que quelqu'un s'en porte acquéreur.

Le député fédéral d'Acadie-Bathurst, le néo-démocrate Yvon Godin, qui se démène depuis plus d'un an pour maintenir le service de Via Rail dans le nord-est du Nouveau-Brunswick, est furieux.

M. Godin, qui avait réuni toutes les municipalités du nord-est avec le CN en janvier 2013, rappelle que le CN réclamait exactement ce qu'il a eu pour le maintien de toute la ligne.

«Quand le CN est venu à Bathurst, ils ont dit qu'avec 50 millions $ ils répareraient le rail de chemin de fer de Moncton à Bathurst et que tout le monde travaillerait ensemble pour que ça marche bien», a raconté le député.

«Tout ce que le CN disait, c'est qu'il avait besoin de 25 millions $ parce qu'ils allaient mettre 25 millions $. Tout à coup, ils reçoivent le 25 millions $ et ils disent qu'ils vont s'arrêter à Miramichi. C'est vraiment décevant.»

M. Godin entend demander des comptes tant au gouvernement conservateur et sa ministre des Transports, Lisa Raitt, qu'au Canadien National.

«Le CN a une responsabilité puisqu'il a acheté le train du gouvernement fédéral. Le gouvernement fédéral avait dit à l'époque que le privé pouvait faire une meilleure «job» que le gouvernement. Je comprends qu'il fait une bonne «job»!; 2,6 milliards $ de profits et ils ferment les chemins de fer dans les communautés», a laissé tomber M. Godin.

Il se demande également comment le ministre conservateur Bernard Valcourt, qui est député de Madawaska-Restigouche, et sa collègue conservatrice, la députée de Miramichi Tilly O'Neill Gordon, pourront expliquer la perte de service ferroviaire à leurs commettants.

M. Godin s'est interrogé, par ailleurs, sur les intentions réelles du gouvernement conservateur provincial de David Alward.

«Si c'est du chantage qu'ils font au fédéral pour qu'il mette de l'argent sinon on coupe entre Miramichi et Bathurst, je trouve que c'est une méchante «game» à jouer avec les gens de la région du nord du Nouveau-Brunswick», a jugé le coloré député.

Et si ce n'est pas le cas, il n'est guère plus impressionné par le choix de stratégie: «Si la province dit qu'elle met 25 millions $ et qu'elle laisse de côté le bout de Miramichi à Bathurst, ils n'ont pas pris leurs responsabilités dans leurs négociations.»

PLUS:pc