NOUVELLES

Grèce: les migrants rescapés d'un naufrage questionnent la Garde côtière

24/01/2014 09:30 EST | Actualisé 26/03/2014 05:12 EDT

ATHÈNES, Grèce - Les survivants du naufrage d'un bateau de migrants ont changé leur version des faits, accusant la Garde côtière grecque de mauvaise gestion dans l'opération de sauvetage après avoir soutenu dans un premier temps qu'elle leur avait sauvé la vie, a indiqué vendredi le ministre grec de la Marine marchande.

Douze personnes, dont une majorité d'enfants, manquent toujours à l'appel après le naufrage de leur bateau, lundi. Deux corps seulement ont été repêchés jusqu'à présent.

Le petit bateau de pêche arrivait de la Turquie avec, à son bord, 28 migrants illégaux et tentait d'atteindre illégalement la côte grecque lorsque son moteur est tombé en panne. Selon la Garde côtière grecque, l'embarcation s'est renversée tandis qu'elle s'affairait à la remorquer vers une île grecque à proximité. Les survivants affirment que les autorités grecques tentaient de les ramener en eaux turques.

Des groupes de défense des droits de la personne et certains partis politiques grecs ont réclamé la tenue d'une enquête indépendante dans cette affaire.

Les rescapés, qui sont arrivés à Athènes jeudi, ont affirmé à des journalistes que l'équipage de la Garde côtière avait rejeté leurs supplications pour embarquer les femmes et les enfants à bord de leur navire avant que l'incident ne se produise. Selon eux, ils seraient demeurés impassibles en voyant les passagers tenter de s'agripper à l'embarcation alors qu'ils étaient remorqués à grande vitesse.

S'adressant à la télévision d'État, vendredi, le ministre de la Marine marchande Miltiadis Varvitsiotis a indiqué que ces témoignages divergeaient de ceux qu'avaient tenus les rescapés aux autorités grecques imméditament après l'incident.

«Dans leurs déclarations, un père qui a perdu sa compagne et leur quatre enfants affirme clairement que la garde côtière les a sauvé. Et un frère qui, lui, a perdu sa mère et ses trois frères affirme la même chose», a-t-il soutenu, ajoutant que les nouveaux témoignages étaient «frappants et curieux».

PLUS:pc