NOUVELLES

Explosion près d'une église française et fausse alerte à la bombe au Vatican

24/01/2014 07:56 EST | Actualisé 26/03/2014 05:12 EDT

La visite du président François Hollande au Vatican a coïncidé vendredi à quelques heures près avec l'explosion d'un engin artisanal près d'une église française, sans lien avec sa venue selon la police, et une fausse alerte à la bombe au Vatican.

L'explosion de la bombe artisanale, vers 01h30 GMT, a fait des dégâts matériels, "brisant une vitrine d'un immeuble et endommageant trois voitures stationnées" dans le Vicolo della Campana, une petite rue du centre historique de la capitale italienne, a précisé la police à l'AFP.

Il s'agissait d'un engin "de fabrication artisanale avec projection de clous et plombs", a indiqué à l'AFP un policier interrogé sur place.

Des enquêteurs cités par l'agence Ansa ont nié tout lien entre cette explosion, à proximité de l'église française Saint Yves des Bretons et la venue au Vatican du président français François Hollande.

Selon le policier sur place, "le positionnement de l'engin n'a pas permis de confirmer qu'il était destiné à l'édifice religieux".

En marge d'une déclaration à la presse du président français, le ministre de l'Intérieur Manuel Valls a dit en avoir "parlé avec les autorités italiennes et il n'y a aucune raison de penser que l'explosion de cette nuit ait été liée à un déplacement du président".

Plusieurs voisins ont raconté à l'AFP que dans la même rue, se trouve une boîte de nuit qui serait liée à un restaurant géré par la Camorra, la mafia napolitaine, fermé cette semaine par la police. Il s'agirait d'un lieu "louche, mal famé", selon les riverains qui ont rappelé qu'il y a un an, cette zone avait été le théâtre d'une fusillade.

Benoît Schmitz un chercheur qui habite à côté a raconté avoir été réveillé vers 2H00 du matin. "Je ne sais pas du tout la raison de cette explosion. Elle a déclenché les alarmes et la police est arrivée très vite", a-t-il dit à l'AFP.

Les mesures de sécurité ont été entretemps encore renforcées autour de la visite de M. Hollande.

Dans ce contexte, les carabiniers ont fait état en milieu de matinée d'une fausse alerte à la bombe sous la colonnade de Saint Pierre. "Un appel a été passé au 112 (numéro d'urgence des carabiniers), des contrôles ont été effectués par la sécurité du Vatican et la police mais ils n'ont rien trouvé", a indiqué à l'AFP un porte-parole des carabiniers.

Un des porte-parole du Vatican, le père Ciro Benedettini, a précisé que "l'appel anonyme a été reçu à 8H30 GMT" par la police italienne à propos de "deux bombes" sur la Place Saint Pierre. "La gendarmerie n'a rien trouvé", a ajouté le père Ciro, en soulignant qu'à chaque visite de chefs d'Etats, la place est passée au peigne fin, avec contrôle notamment des poubelles, par la gendarmerie vaticane.

dt-lrb-jlv-fka/mle/fw

PLUS:hp