NOUVELLES

"Convergence" du président français avec le pape sur les sujets internationaux

24/01/2014 08:28 EST | Actualisé 26/03/2014 05:12 EDT

Le président français François Hollande a assuré vendredi que son entretien avec le pape François avait permis d'afficher leur "convergence sur les grands sujets internationaux", mais n'a pas évoqué devant la presse les enjeux de société qui fâchent, comme l'avortement.

Devant les journalistes M. Hollande, sortant de sa rencontre avec le souverain pontife, a évoqué le dossier syrien indiquant avoir demandé que le Vatican reçoive la Coalition nationale syrienne, plus important groupe de l'opposition au régime de Bachar al-Assad.

"J'ai exprimé le souhait que le Vatican puisse accueillir la Coalition nationale syrienne", a affirmé M. Hollande.

La conférence de Genève II, qui se poursuivait vendredi, "doit être tournée vers la transition, nous devons tout faire pour arrêter les combats et déployer l'aide humanitaire" en Syrie, a-t-il ajouté.

A propos des chrétiens d'Orient, "la France est mobilisée pour que les chrétiens d'Orient restent là où ils ont toujours vécu et ne prennent pas le chemin de l'exil en raison des combats en cours. Les chrétiens d'Orient doivent être partout soutenus et protégés", a déclaré le président Hollande.

Cette rencontre a été "l'occasion aussi de souligner la convergence du Vatican et de la France sur les grands sujets internationaux", notamment en Centrafrique, où "les risques d'un conflit interreligieux sont réunis", a dit M. Hollande. Il a ajouté qu'il faut "tout faire pour appeler au dialogue et à la réconciliation" dans ce pays.

"La France défend partout la liberté religieuse", a assuré le président français. "C'est la patrie de la liberté de conscience, de conviction" et elle défend cette liberté "par rapport à tous les actes anti-religieux qui peuvent être commis". "Nous avons la même détermination contre tous les actes, sans distinction", a-t-il martelé.

M. Hollande a également évoqué une "convergence totale" entre la France et le Saint Siège, pour le succès de la conférence climat" qui doit avoir lieu à Paris en 2015. Il faut qu'elle "permette un accord global universel" et ne se résume pas "à une simple affaire entre Etats", a dit M. Hollande.

Reprenant une phrase du pape François qui prépare un texte sur la nature comme "bien de toute l'humanité", le président français a cité le souverain pontife: "Dieu pardonne toujours, les hommes parfois, la nature jamais quand on ne prend pas soin d'elle". "Retenons au moins la dernière partie de cette phrase", a-t-il dit dans un sourire.

Sans évoquer devant la presse les sujets de contentieux avec le Vatican, en particulier le droit à l'avortement et la fin de vie, M. Hollande a affirmé partager avec le pape la même valeur commune, celle de "la défense de la dignité humaine".

Il a assuré le pape du "respect du peuple français pour son message de paix, de solidarité et de justice". M. Hollande a salué "la simplicité rayonnante des premiers mois de son pontificat" qui a, a-t-il souligné, "impressionné tous nos compatriotes".

lrb-swi/fka/gg

PLUS:hp