POLITIQUE

Chuck Strahl veut quitter la présidence du Comité de surveillance du SCRS

24/01/2014 05:36 EST | Actualisé 26/03/2014 05:12 EDT
PC

L'ancien député conservateur Chuck Strahl a annoncé vendredi après-midi son intention de quitter la présidence du Comité de surveillance du Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS), dans une lettre adressée au premier ministre Stephen harper.

Deborah Grey, une autre ancienne députée, d'abord pour le Reform Party, puis l'Alliance canadienne, a été nommée pour le remplacer.

M. Strahl, qui a quitté la politique il y a trois ans, était critiqué par l'opposition pour son double emploi, agissant également à titre de lobbyiste pour Enbridge.

À la tête du Comité de surveillance du SCRS depuis 2012 pour un mandat de cinq ans, Chuck Strahl avait déclaré qu'il continuerait son travail de consultant, mais ne travaillerait plus comme lobbyiste.

Mais, son inscription au registre des lobbyistes en Colombie-Britannique pour Enbridge, le 6 décembre dernier, dans le cadre du dossier du pipeline Northern Gateway, est venue raviver les attaques de l'opposition, qui y perçoivent un manquement à l'éthique.

Il devait entre autres organiser une rencontre entre les représentants du projet Northern Gateway et le ministre britanno-colombien responsable du Développement du gaz naturel, Rich Coleman.

Le bureau de la commissaire aux conflits d'intérêts et à l'éthique avait confirmé avoir été contacté au cours de la dernière année par Chuck Strahl.

INOLTRE SU HUFFPOST

Les détournements de l'affaire PRISM