NOUVELLES

Baisse du huard: plusieurs voyagistes canadiens augmentent leurs prix

24/01/2014 12:07 EST | Actualisé 26/03/2014 05:12 EDT

MONTRÉAL - Les Québécois désireux d'échapper au froid sibérien qui s'est abattu sur la province depuis le début de l'hiver devront ouvrir l'oeil pour dénicher des aubaines, puisque de plus en plus de voyagistes augmentent leurs prix afin de compenser le recul du huard.

Dès lundi, Transat A.T. (TSX:TRZ.B) et Vacances Air Canada (TSX:AC.B) imposeront une surtaxe de 35 $ CAN par passager pour toutes les nouvelles réservations effectuées. Du côté de Sunwing, cette mesure sera en vigueur à compter de mercredi.

Cette hausse s'applique à tous les forfaits vacances et vols offerts par les voyagistes à destination des Antilles, du Mexique ainsi que des États-Unis. Dans tous les cas, les personnes qui auront effectué une réservation avant l'entrée en vigueur de la surtaxe ne seront pas pénalisées.

Le dollar canadien a atteint un creux en quatre ans et demi, cette semaine, se transigeant à un certain moment, jeudi, sous la barre des 90 cents US.

Une porte-parole d'Air Transat, Debbie Cabana, a expliqué en entrevue que le montant supplémentaire de 35 $ avait été déterminé afin de permettre à l'entreprise de conserver ses marges, qui sont déjà «très minces».

«Les forfaits voyages sur le marché Sud sont vendus presqu'au prix coutant, a-t-elle expliqué. Il y a très peu de marge de manoeuvre pour compenser la baisse du dollar canadien. Les marges sont tellement petites, nous luttons pour atteindre un pour cent.»

Mme Cabana a également précisé que la principale devise utilisée dans l'industrie était le dollar US, ce qui influence nécessairement la rentabilité des voyagistes canadiens lorsque le huard recule.

Le président et chef de la direction de Transat A.T., Jean-Marc Eustache, avait laissé entendre, le mois dernier, qu'il se penchait sur la possibilité d'imposer une surtaxe en raison du recul du dollar canadien.

Il avait également indiqué ne pas s'attendre à une réaction négative des consommateurs si les prix des forfaits devaient grimper.

Questionnée quant à savoir si cette surtaxe imposée par le voyagiste serait ajusté si le dollar canadien devait reprendre de la vigueur, Mme Cabana a fait preuve de prudence.

«C'est difficile de se prononcer pour la suite, a-t-elle dit. La baisse rapide du dollar canadien a été difficile à prévoir. Il est impossible de prévoir les fluctuations futures. Pour l'instant, c'est (la surtaxe) à 35 $.»

La réponse a été semblable du côté de Vacances Air Canada, où l'on indique que ce «nouveau supplément restera en vigueur jusqu'à nouvel ordre».

Personne au sein du transporteur n'a cependant retourné les appels de La Presse Canadienne sur cette question.

Plus tôt ce mois-ci, Sunquest est devenu le premier voyagiste au pays à augmenter ses coûts pour compenser la baisse du huard.

Cette filiale de Thomas Cook a justifié sa décision par la hausse des coûts des chambres d'hôtel, mais aussi en partie du carburant, dont les achats se règlent en dollars US.

L'augmentation chez Sunquest a cependant été établie de façon différente, soit en fonction des hôtels. Ainsi, les réservations dans les établissements les plus luxueux donneront lieu à une hausse plus élevée, alors que la majoration sera moindre dans les hôtels moins coûteux.

Le transporteur Westjet (TSX:WJA) a cependant résisté à la tentation d'imiter ses concurrents.

Le transporteur établi à Calgary a fait savoir qu'il n'avait «aucune intention» d'imposer une surtaxe monétaire sur les réservations de forfaits vacances.

«Nous pensons que le prix de base devrait refléter le véritable prix du forfait», a indiqué le vice-président et directeur général de Vacances WestJet, Tim Croyle.

«Les taxes et les frais facturés devraient uniquement être ceux exigés par les organismes gouvernementaux et réglementaires et ne devraient pas être utilisés pour compenser les hausses de prix», a-t-il ajouté.

PLUS:pc