NOUVELLES

Afrique du Sud: ouverture de négociations dans les mines de platine

24/01/2014 05:28 EST | Actualisé 26/03/2014 05:12 EDT

Des négociations entre patronat et syndicats des mines de platine d'Afrique du Sud ont commencé vendredi, sous l'égide du gouvernement, pour tenter de trouver un accord au conflit salarial à l'origine de la grève qui paralyse depuis jeudi les sites des trois principaux producteurs mondiaux.

Les négociateurs se sont retrouvés à Johannesburg, à deux heures de route de la région minière de Rustenburg, la "ceinture de platine" d'où sont extraits 80% de la production mondiale de ce métal.

La grève, qui avait débuté dans le calme jeudi, a été marquée vendredi matin par quelques incidents isolés mais violents. Selon la police, des adhérents du syndicat Amcu, qui a appelé à la grève, ont barricadé des routes et caillassé des voitures.

"Nous continuons à appeler la direction d'Amcu à garder le contrôle de leurs adhérents", a lancé le porte-parole de la police Thulani Ngubane, après avoir fait état des incidents.

Les partenaires sociaux se sont assis autour de la ministre des Mines Susan Tshabangu et de sa collègue du Travail Mildred Oliphant.

Le gouvernement, qui craint qu'une grève prolongée ne freine la croissance et l'activité dans le pays, a appelé Amcu à mener une grève "courte", et espère accélérer la conclusion d'un accord en prenant en main l'organisation des pourparlers.

"Nous espérons faire aboutir les exigences de nos adhérents", a déclaré pour sa part à l'AFP le patron d'Amcu Joseph Mathunjwa à l'ouverture des négociations. "Des emplois décents et des salaires décents, c'est ce que nous voulons."

Amcu réclame un salaire de base de 12.500 rands (environ 840 euros) par mois - soit presque deux fois et demie le niveau actuel - ce que les patrons jugent "irréaliste" car ils emploient des dizaines de milliers de personnes peu qualifiées.

Les trois groupes touchés sont Anglo American Platinum (Amplats), Impala Platinum (Implats) et Lonmin, respectivement numéro un, deux et trois mondiaux du secteur.

Le syndicat revendique près de 80.000 adhérents dans les mines de platine. Autrefois petite formation minoritaire, Amcu est devenu majoritaire dans les mines de platine après les grandes grèves de 2012. Il s'oppose au syndicat historique des mines NUM, proche du pouvoir et accusé de ne pas défendre correctement les intérêts des ouvriers.

sn-cpb/liu/aub

PLUS:hp