NOUVELLES

Accessibilité au métro Vendôme : des élus pressent Québec d'agir

24/01/2014 05:44 EST | Actualisé 26/03/2014 05:12 EDT

Avec la construction du nouveau Centre universitaire de santé McGill (CUSM), les élus de quatre paliers de gouvernement ont l'intention d'augmenter la pression sur le gouvernement Marois pour que la station de métro Vendôme soit adaptée aux personnes à mobilité réduite.

Un texte de François Cormier Twitter Courriel

« Je ne peux pas concevoir que nous construisions un établissement de santé de classe mondiale de 1,3 milliard de dollars et que nous ne puissions pas y avoir accès en mobilité réduite », dit le maire de l'arrondissement Côte-des-Neiges-Notre-Dame-de-Grâce, Russell Copeman. « Nous allons d'abord envoyer une lettre à la première ministre. On appliquera d'autres solutions également », indique-t-il.

« On demande à Madame Marois de mettre son attention sur ce problème », affirme le député libéral de D'Arcy-McGee, Lawrence S. Bergman. Alors qu'une campagne électorale provinciale peut-être déclenchée à tout moment dans un contexte de gouvernement minoritaire, le député libéral laisse entendre que son parti réaliserait ces travaux s'il était porté au pouvoir. Il refuse toutefois de prendre la responsabilité pour le problème, mis au jour sous le gouvernement Charest. « Ce n'est pas le moment de regarder l'historique. C'est le moment de trouver une solution », répond-il.

« Je travaille très fort sur ce dossier depuis 7 ou 8 ans », indique de son côté Peter McQueen, conseiller de ville de Projet Montréal dans le district Notre-Dame-de-Grâce. « On parle de pétitions. On parle d'une levée de tous les intervenants politiques et communautaires », insiste-t-il.

Le maire d'arrondissement Russell Copeman précise que le projet prendrait au moins deux ans avant d'être complété si la première ministre donnait son aval aujourd'hui. « Il y a urgence d'agir pour régler ce dossier-là », martèle-t-il.

« Techniquement impossible de construire un ascenseur »

De son côté, la Société de transport de Montréal (STM) affirme qu'« il était techniquement impossible de construire un ascenseur dans cet édicule, pour des questions d'ingénierie ».

La STM souligne avoir proposé des mesures transitoires, « comme l'aménagement et l'élargissement d'escaliers et la reconfiguration des tourniquets, pour améliorer la fluidité des déplacements et la capacité d'accueil de la station afin derépondre à l'augmentation d'achalandage en prévision de l'ouverture du CUSM ».

« Dans les mesures transitoires proposées, nous avons donc été le plus loin que nous pouvions en matière d'accessibilité », affirme la STM, qui ajoute que « des discussions sont en cours avec le ministère des Transports du Québec et [ses] autres partenaires (Agence métropolitaine de transport et CUSM) pour la construction d'un second édicule qui serait accessible ».

Aucun coût ou échéancier n'a toutefois été avancé pour le moment.

PLUS:rc