NOUVELLES

Le gouvernement prévoit 1,4% de croissance pour l'année budgétaire 2014-2015

23/01/2014 10:09 EST | Actualisé 25/03/2014 05:12 EDT

Le gouvernement japonais prévoit une croissance de 1,4% pour l'année budgétaire 2014-2015 qui débutera le 1er avril, jugeant que l'effet négatif de la hausse de la taxe sur la consommation sera contrebalancé par des mesures de soutien.

Cette prévision de croissance a été approuvée vendredi matin en conseil des ministres dans le cadre du projet de budget qui sera soumis au Parlement.

Selon les détails communiqués, le gouvernement conservateur de Shinzo Abe juge que la consommation des particuliers progressera de 0,4% du fait d'une amélioration de l'environnement de l'emploi et des revenus. Le taux de chômage intégral devrait descendre à 3,7%, estime-t-il.

La hausse de la taxe sur la consommation le 1er avril devrait se traduire par une chute ponctuelle des achats immédiatement après, mais le gouvernement a prévu une enveloppe pour aider à atténuer le choc.

Il s'attend en outre à une hausse de 4,4% des investissements des entreprises grâce à l'augmentation de la demande extérieure sur fond d'embellie conjoncturelle internationale.

"La reprise devrait s'affirmer", a-t-il indiqué.

Pour l'exercice en cours qui se terminera le 31 mars, le gouvernement estime la croissance à 2,6%.

Le gouvernement juge en outre que l'indice général des prix augmentera de 3,2% sur un an (tarifs des produits frais compris). Même sans la hausse de la taxe sur la consommation, une inflation est attendue.

Il espère ainsi une avancée significative vers la fin de la déflation qui a miné l'économie japonaise depuis une quinzaine d'années.

La banque centrale a estimé pour sa part en milieu de semaine que le produit intérieur brut (PIB) de l'archipel s'élèverait de 2,7% durant l'année qui s'achèvera le 31 mars.

Pour la suivante (avril 2014 à mars 2015), elle est sur la même ligne que le gouvernement, pensant que la croissance devrait être de 1,4%, puis de 1,5% en 2015-2016.

L'inflation devrait être de 1,3% en 2014-2015 puis de 1,9% en 2015-2016, hors effet de hausse de la taxe sur la consommation, a encore indiqué la BoJ.

Ces prévisions sont fondées sur la poursuite de la stratégie de M. Abe, appelée "Abenomics" et constituée de "trois flèches": des dépenses budgétaires de relance, une politique monétaire ultra-accommodante et des réformes structurelles pour donner plus de possibilités aux entreprises.

M. Abe se dit notamment décidé à modifier les règlementations qui brident par endroits l'activité, et la Banque du Japon s'est engagée "à perpétuer autant que nécessaire son assouplissement quantitatif et qualitatif dans le but d'atteindre l'objectif qu'elle partage avec le gouvernement de 2% d'inflation d'un an sur l'autre".

kap/pn/ob

PLUS:hp