NOUVELLES

Le genou de Falcao, drame national pour la Colombie

23/01/2014 12:47 EST | Actualisé 25/03/2014 05:12 EDT

Un véritable drame national agite jeudi la Colombie, et pour une fois ce n'est pas le conflit armé qui secoue le pays, mais le genou martyrisé de son footballeur vedette, Radamel Falcao, qui risque de dire prématurément adieu au Mondial.

Un tacle sévère en Coupe de France mercredi soir a envoyé le "Tigre" au tapis, au grand dam de l'équipe de Monaco, où il évolue cette année, mais surtout de 47 millions de Colombiens.

Les images sont à la "Une" de tous les journaux du pays. Le principal quotidien El Tiempo a publié la photo de la star se tenant la tête dans les mains, sur une civière. "La blessure de Falcao fait souffrir les Colombiens", titre El Colombiano, le journal de Medellin. La station Bluradio a évoqué une "tragédie nationale".

Le court message publié jeudi par le club monégasque n'a pas vraiment rassuré les supporters. "Victime d'une lésion du ligament croisé antérieur du genou gauche", l'attaquant devra subir une opération pour récupérer "le plus vite possible". A temps pour la Coupe du monde cet été au Brésil?

La fédération colombienne de football est restée prudente. "Il faut attendre", a tempéré son président Luis Bedoya, lors d'un point-presse, rappelant que l'inscription des joueurs au Mondial est ouverte "jusqu'au premiers jours de juin".

Dans le magasin de sports officiel de la sélection, au coeur de la capitale, les maillots marqués du nom de Falcao ont tous été vendus. "Les gens n'arrêtent pas d'en demander, certains sont désespérés, d'autres veulent encore y croire", témoigne à l'AFP Luis Garcia, le gérant.

L'intéressé lui-même n'a pas perdu espoir. "Dieu rend possible l'improbable", a déclaré sur son compte Twitter Falcao, réputé pour être un homme profondément croyant.

Les messages de soutien ont abondé en faveur de l'enfant chéri de Colombie, où il est aussi adulé que la chanteuse Shakira. Depuis le président Juan Manuel Santos, qui lui a souhaité une "prompte récupération", jusqu'au roi Pelé.

Falcao est un "joueur important pour son équipe", a souligné la légende brésilienne, avec une note d'espoir. Lui-même n'a-t-il pas récupéré d'une blessure similaire avant un Mondial?

"Criminel"

Le chef de l'Etat est revenu sur le sujet jeudi: "nous sommes tous inquiets de ce qui est arrivé à notre étoile", a-t-il déclaré en marge du forum de Davos en Suisse.

Internet est aussi devenu, via les réseaux sociaux, un défouloir contre Soner Ertek, l'infortuné défenseur de la modeste équipe (4e division française) de Chasselay, une commune de moins de 3000 habitants, qui a envoyé le Colombien à l'hôpital.

"On attend Ertek, l'assassin de Falcao, les bras ouvert à Bogota" ou encore "Vivement des tueurs à gages pour le fils de sa mère qui a blessé Falcao", peut-on lire sur Twitter.

D'autres soulignent les regrets exprimés par le joueur français pour mieux le qualifier de "criminel".

Des e-mails intimidants ont également été envoyé directement au joueur sur sa page Facebook et son compte Twitter, désormais non accessibles, ainsi qu'à son club.

La violence de certains commentaires n'a pas manqué d'évoquer dans les mémoires le terrible sort réservé au footablleur colombien Andrés Escobar, coupable d'avoir marqué un but contre son camp à la Coupe du monde aux Etats-Unis en 1994.

Après l'élimination du pays, le joueur avait été retrouvé criblé de balles sur un parking d'une discothèque de Medellin où il s'était fait copieusement insulter. Crime mafieux ou geste de folie d'un supporteur déçu? Les circonstances du crime n'ont jamais été vraiment établies.

Les éditorialistes colombiens préfèrent insister sur les multiples blessures endurées dans le passé par le "Tigre".

Signe d'un destin capricieux, une lésion des ligaments à la cheville droite en 2003 l'avait déjà privé du Mondial des moins de 17 ans en Finlande. Trois ans plus tard, une autre déchirure des ligaments au genou droit l'avait tenu à l'écart des terrains durant huit mois.

Cette fois la sélection nationale a retrouvé le chemin du Mondial, qualifiée notamment grâce à Falcao, sa pièce offensive majeure, après une longue période de disette.

La dernière participation de la Colombie remontait à 1998, l'époque d'une autre star locale, Carlos Valderrama et sa célèbre crinière blonde, un autre joueur qui fit les délices du championnat français, à Montpellier. "Falcao est clé pour nous, espérons qu'il récupère vite", a-t-il lancé.

pz/gv/jta

PLUS:hp