NOUVELLES

France - Inquiétude pour Falcao, les amateurs de Chasselay dans l'embarras

23/01/2014 10:34 EST | Actualisé 25/03/2014 05:12 EDT

L'inquiétude régnait jeudi au sujet de la star colombienne de Monaco Radamel Falcao, touché la veille lors de la qualification en Coupe de France (3-0) dans un contact avec un joueur de Chasselay, club amateur qui a reçu jeudi de mystérieuses menaces en espagnol.

Falcao est-il gravement touché? Manquera-t-il la Coupe du monde au Brésil (12 juin-13 juillet) si ses ligaments sont touchés? Telles sont les questions qui enflamment le monde du foot après sa blessure, dont la nature n'était toujours pas connue jeudi après-midi.

Les images tournent en boucle et sont disséquées sur le web. A la 40e minute, "le Tigre" est touché dans un contact avec le footballeur amateur (CFA, 4e division française) Soner Ertek. Le Colombien est emmené sur une civière. Le défenseur de Chasselay ne voulait visiblement pas faire mal. Il a d'ailleurs avoué son dépit après le match: "J'espère qu'il n'y a rien de grave. Je m'en voudrais, et encore plus s'il venait à manquer la Coupe du monde".

L'absence de Falcao, un des meilleurs attaquants du monde, serait un coup dur pour la Colombie, engagée au Mondial dans le groupe C avec la Côte d'Ivoire, le Japon et la Grèce. Si les ligaments du genou gauche sont rompus, l'indisponibilité de l'ancien joueur de Porto et de l'Atletico Madrid serait en effet de six mois. Et il ne verrait donc pas le Brésil.

Chasselay fait parler en Amérique du Sud

Et une blessure grave serait également un terrible handicap pour Monaco, seule équipe en mesure de rivaliser en championnat de France avec le Paris SG, actuel leader.

Cette blessure a en tout cas jeté un coup de projecteur involontaire sur Chasselay, petite commune d'environ 3000 habitants, non loin de Lyon. Le club était connu jusqu'ici seulement en France en raison du retour -pour y finir sa carrière de joueur- de l'ancien international français du FC Barcelone Ludovic Giuly.

Tous les médias d'Amérique du Sud évoquent désormais le nom du club amateur, dans l'attente du verdict médical pour Falcao.

Et la modeste formation a ainsi reçu jeudi de mystérieuses menaces par mail en espagnol, à base de "soyez mille fois maudits" et autres sorts de ce genre, selon des sources proches du club.

"Je ne suis pas au courant. La presse me l'apprend. Des infos sortent du club sans que je sois au courant", a déclaré le président de Chasselay, Jocelyn Fontanel, interrogé par l'AFP.

"Il n'y a eu aucune agression"

"Il n'y a eu aucune agression, poursuit le dirigeant. C'est un fait de jeu. Ce n'est pas de chance. Il y a des accidents sur tous les terrains. Il y a penalty (pas accordé par l'arbitre). Il lui prend le genou. Il met sa jambe en opposition. Ce n'est pas violent au vu des images".

"Cela m'a embêté tout le match, d'autant que j'étais à côté des dirigeants de l'AS Monaco, confie-t-il encore. Soner (Ertek) n'a pas fait exprès. Nous ne sommes pas une équipe de méchants".

"Maintenant, des menaces sur internet, c'est facile. Tout le monde peut balancer n'importe quoi. Je ne sais pas s'il faut les prendre au sérieux. Je suis très déçu pour Falcao", conclut-il.

Mercredi soir, Monaco, sur son site internet, expliquait seulement que le joueur avait "été touché au genou gauche" et qu'il faudrait "attendre des examens complémentaires ces prochains jours pour préciser la nature exacte de la blessure".

Jeudi, le club indiquait que les titulaires de la veille avaient effectué un décrassage avec "une grosse pensée pour leur camarade, Radamel Falcao, touché au genou contre Chasselay".

pgr-fjt/kn/gv

PLUS:hp