NOUVELLES

Espagne - Barcelone: Rosell, président austère après l'exubérant Laporta

23/01/2014 12:53 EST | Actualisé 25/03/2014 05:12 EDT

Sandro Rosell, contraint jeudi à la démission de la présidence du FC Barcelone en raison d'une plainte concernant le transfert de Neymar, quitte ses fonctions avec une image de gestionnaire austère ayant tenté d'assainir les finances du club après l'ère Joan Laporta (2003-2010).

Elu avec 61,35% des voix en 2010, le 39e président du Barça a tout fait pour se démarquer de son exubérant prédécesseur en affirmant qu'il comptait mener le club de manière plus "démocratique" et moins "politique" que Laporta, aux idées ouvertement indépendantistes.

Cet ancien cadre de l'équipementier Nike avait néanmoins hérité d'une dette nette de 431 millions d'euros à son arrivée, qu'il est parvenu à réduire à 331 millions à la fin de l'exercice 2012-2013, au prix d'une politique rigoureuse.

Fort de la conquête d'une Ligue des champions (2011) et de deux Championnats d'Espagne (2011, 2013), Rosell était néanmoins contesté en interne pour avoir introduit pour la première fois un sponsor à but lucratif sur le maillot du club via un accord en 2010 avec Qatar Sports Investments (QSI).

Chef d'entreprise et spécialiste du marketing sportif, l'ex dirigeant de 49 ans a aussi agi en gestionnaire au moment de ne pas renouveler en 2013 le contrat d'Eric Abidal, de retour à la compétition après une greffe du foie. Le Français, devenu un symbole aux yeux du public catalan, souhaitait pour sa part finir sa carrière au Barça.

Enfin, la politique de transferts de Rosell a été plus modérée que celle de Laporta, qui avait fait venir tour à tour Ronaldinho (2003), Samuel Eto'o (2004), Thierry Henry (2007) ou Zlatan Ibrahimovic (2009).

Rosell a surtout recruté le milieu offensif Cesc Fabregas en 2011 et, l'été dernier, l'étoile montante du football brésilien Neymar. C'était son principal fait d'armes, qui, finalement, s'est retourné contre lui.

Le FC Barcelone, connu mondialement pour son équipe de football, est un club multi-sports dont le chiffre d'affaires a atteint 482,6 millions d'euros, selon le rapport annuel publié jeudi par le cabinet Deloitte.

jed/sg/gv/sk

PLUS:hp